Un collectif de personnalités vient de publier un texte relatif à l’antisémitisme en France ; pourrions-nous en féliciter les initiateurs ? 

Sa dénonciation de l’antisémitisme en France rejoint pour une part les déclarations successives de Une Autre Voix Juive ; or , à peine cette thématique nécessaire est-elle abordée que ce texte dérape. C’est pourquoi Une Autre Voix Juive ne s’y joindra pas.

Le texte évoque le «vieil anti­sé­mi­tisme de l’extrême droite » mais c’est aus­si­tôt pour évo­quer ce qu’il nomme le « nou­vel anti­sé­mi­tisme d’extrême gauche » ; en fait le « vieil anti­sé­mi­tisme » est ain­si en quelque sorte relé­gué à l’arrière-cour et cela au moment même où l’extrême droite en France et dans l’Union Euro­péenne relève la tête de façon inquié­tante; en France celle-ci ne se réclame pas de Hit­ler mais de Pétain dont les lois anti­sé­mites et les exac­tions sont ou devraient être dans toutes les mémoires .

Le vrai dan­ger selon ce texte c’est le radi­ca­lisme musul­man «  qui a trou­vé dans l’an­ti­sio­nisme l’a­li­bi pour trans­for­mer les bour­reaux des juifs en vic­times de la socié­té » ce pro­pos est inac­cep­table ; il reprend sur le mode majeur l’identification d’un point de vue dis­cu­table, l’an­ti­sio­nisme, avec l’an­ti­sé­mi­tisme, un délit pas­sible de pour­suites judi­ciaires. UAVJ a constam­ment mis en garde contre l’u­ti­li­sa­tion de la thé­ma­tique de l’an­ti­sio­nisme en lieu et place de la dénon­cia­tion de la poli­tique actuelle de l’Etat d’Israël.

Non seule­ment l’Ap­pel des 300 reprend la pro­pa­gande israé­lienne actuelle dans ce qu’elle a de pire, il désigne un enne­mi inté­rieur. C’est tel­le­ment évident que le texte chute sur une exi­gence absurde rela­tive à la modi­fi­ca­tion de textes reli­gieux. L’aggiornamento du cor­pus dog­ma­tique de l’Eglise catho­lique s’est pro­duit long­temps après la ten­ta­tive hit­lé­rienne et ne sau­rait faire oublier ni la res­pon­sa­bi­li­té des auto­ri­tés de l’Eglise catho­lique au plus haut niveau ni le fait qu’en France nom­breuses et nom­breux ont été nos com­pa­triotes chré­tiens qui se sont illus­trés dans le sau­ve­tage de nom­breux com­pa­triotes juifs par­mi les­quels des enfants en nombre pro­mis à une mort cer­taine et organisée.

Une Autre Voix juive s’élève avec force contre une assi­mi­la­tion d’actes cri­mi­nels gra­vis­simes mais iso­lés avec l’organisation de la « solu­tion finale ».

En outre, que de bien trop nom­breux jeunes soient vic­times d’un ordre social qui les stig­ma­tisent, les humi­lient à rai­son de leur ori­gine sup­po­sée n’est que trop vrai ; qu’ils cherchent aux pro­fondes injus­tices qu’ils subissent un bouc émis­saire est pro­fon­dé­ment regret­table. Mais il est impos­sible de faire l’impasse sur le fait que les cli­chés qu’ils sont ten­tés de véhi­cu­ler sont exac­te­ment ceux du « vieil anti­sé­mi­tisme » d’extrême droite, laquelle se frotte les mains de com­battre ce qu’il appelle isla­misme jusqu’au der­nier Juif . Haine de l’is­lam et anti­sé­mi­tisme sont les deux faces d’une même pièce gangrenée.

Que des com­pa­triotes juifs puissent se sen­tir en insé­cu­ri­té et soient ame­nés à par­tir est un symp­tôme ter­rible: ces com­pa­triotes sont vic­times de la poli­tique qui frappe leurs quar­tiers depuis des années : c’est la guerre des pauvres contre les pauvres qui à bas bruit est assu­mée par cette poli­tique de misère sociale, de pré­ca­ri­té, d’abandon des ser­vices publics, de la police de proxi­mi­té ; c’est elle qui est en cause avec en toile de fond une pro­pa­gande délé­tère atti­sée par l’extrême droite qui vise à iden­ti­fier nos com­pa­triotes juifs au sou­tien incon­di­tion­nel à la poli­tique israé­lienne contre une popu­la­tion iden­ti­fiée à un peuple arabe dont on dénonce sans cesse le dan­ger poten­tiel en osant par­ler d’ »épu­ra­tion ethnique »

La grande absente de «l’Ap­pel  des 300 » est – on ne s’en éton­ne­ra pas au vu des signa­taires – la poli­tique israé­lienne actuelle et sa pro­pa­gande insup­por­table. Cette poli­tique est le meilleur ali­ment contem­po­rain de l’an­ti­sé­mi­tisme que l’Ap­pel pré­tend combattre.

Ce texte fait coup double : il inno­cente les exac­tions per­ma­nentes d’un Etat qui se pro­clame indû­ment porte-parole des Juifs dans le monde et il inno­cente les res­pon­sables poli­tiques fran­çais et ceux de l’Union Euro­péenne qui couvrent d’un silence com­plice une telle politique.

Une Autre Voix Juive per­siste : la recon­nais­sance par la France de l’E­tat de Pales­tine, et la sus­pen­sion de l’Accord de coopé­ra­tion entre Israël et l’Union Euro­péenne sont les objec­tifs que doivent se fixer celles et ceux qui veulent au Proche Orient une Paix Juste, Durable, négo­ciée, qui fasse res­pec­ter les droits fon­da­men­taux du peuple pales­ti­nien par appli­ca­tion des réso­lu­tions de l’ONU et garan­tisse la sécu­ri­té de tous les peuples du Proche Orient.

Qui­conque se sou­cie de com­battre l’an­ti­sé­mi­tisme et tous les racismes en France et dans le monde, mais ignore les impé­ra­tifs d’une paix juste et durable au Proche Orient fait preuve d’un aveu­gle­ment coupable.

Georges Yoram Federmann
Psy­chiatre gymnopédiste

Print Friendly, PDF & Email