JUIN 2018

Jeunisme municipal

Jolie rumeur rafraî­chis­sante dans les cou­loirs de la mai­rie de Mul­house : Rott­ner aime­rait virer tous les vieux à l’occasion des pro­chaines élec­tions. En clair, dehors les plus de 60 ans ! A la trappe ! Tous à l’EHPAD les Ris­ser, Buchert, Gri­sey, Mai­treau, Samuel-Weis et autres vieux de la vieille. Sauf Lutz bien sûr, sans doute parce qu’elle est trop gen­tille. Rajeu­nir l’équipe muni­ci­pale pré­sente plu­sieurs avan­tages, et sur­tout ça fait bien en terme d’images et de pho­tos. Un peu comme si on se rap­pro­chait de Macron, le jeune et beau pré­sident de la start-up nation France …

Lutz ne veut pas y aller – mais ira quand même

Michèle Lutz, le maire actuel de Mul­house, non choi­sie comme maire par les Mul­hou­siens mais élue par Jean Rott­ner pour lui tenir sa place au chaud pen­dant qu’il pré­side la région Grand Est, ne serait pas très moti­vée pour se pré­sen­ter en tête de liste aux muni­ci­pales en 2020. Et si Rott­ner insiste lour­de­ment pour qu’elle y aille quand même ? Et bien il y a de fortes chances pour qu’elle y aille. Il paraît qu’elle ne refuse rien à Jean …

La gauche la plus bête de France ?

On a la nette impres­sion que les dif­fé­rents mou­ve­ments de gauche font tout pour garan­tir la défaite lors des pro­chaines échéances élec­to­rales, les muni­ci­pales de 2020. Le PS ne se contente pas d’être inexis­tant, il réus­sit l’exploit de se divi­ser chaque jour un peu plus, entre macron-com­pa­tibles, futurs fans de Rott­ner, hamo­nistes plus ou moins décla­rés et gau­chistes de la vieille école. Les Verts res­tent actifs et orga­nisent des mani­fes­ta­tions où les par­ti­ci­pants se comptent sur les doigts de la main. Le PC se mobi­lise depuis des lustres sur des com­bats pré­cis, comme le sau­ve­tage de bureaux de poste au Drouot, sans aucun résul­tat. La France Insou­mise est tota­le­ment invi­sible, à moins que des réunions secrètes soient orga­ni­sées dans quelque sous-sol de la m2A. A l’arrivée, la course élec­to­rale de 2020 risque fort de se ter­mi­ner avec plu­sieurs can­di­dats de gauche qui se bat­tront cha­cun pour quelques miettes d’électeurs. Ou com­ment offrir sur un pla­teau à la droite le fau­teuil de maire – alors que le can­di­dat Mélen­chon avait fait un car­ton dans la cité du Boll­werk en 2017.

 

Print Friendly, PDF & Email