Front social: les lendemains qui chanteront? – L'Alterpresse68

Front social: les lendemains qui chanteront?

Le Front social 68 vient d’organiser récemment, une soirée animée par le collectif « Front Social 68 ». 150 personnes se sont retrouvées pour échanger, se détendre en musique et écouter des témoignages de militants.

Le public était varié : jeunes et moins jeunes, anti-fascistes, anti-racistes, anarchistes et communistes, syndicalistes, militants du Parti Communiste et du NPA, ZADistes des bois de Bure et ouvriers de la métallurgie, travailleurs avec ou sans emploi…
Mais tous avaient en commun l’envie de se battre ensemble, contre les répressions, y compris dans les quartiers populaires, contre la justice des riches, et contre la politique de destruction de nos droits que met en place Macron.

De Goodyear à PSA…

Mickael Wamen de la CGT Goodyear et Gael Quirante de SUD poste 92, ont développé les raisons d’être du Front Social. Vincent de la CGT-PSA, a parlé de la vie à l’usine pour les précaires et de la rupture conventionnelle collective que Peugeot met en place et qui autorise les licenciements en masse sans aucune justification économique, Laura nous a raconté la grève du personnel de Onet, chargé du nettoyage en gare du Nord Paris, André nous a parlé de la situation des chômeurs et précaires, la mère de Hocine a évoqué avec beaucoup d’émotion partagée par la salle, la mort de son fils, tué d’une balle dans la tête tirée par un policier lors d’un transfert vers le Tribunal de Colmar, une jeune ZADiste nous a fait part de l’expérience collective qui se construit à Bure pour bloquer le projet d’enfouissement des déchets radioactifs.

A été évoquée encore par un militant CGT la situation de plus en plus précaire des artistes et techniciens du spectacle, la poursuite en appel d’un jeune Mulhousien, arrêté à Paris pour avoir eu dans son sac des petits fumigènes lors d’ une manifestation. On a parlé aussi des bombardements qu’opère l’armée turque contre les kurdes de Afrin, canton de Rojava dans le nord de la Syrie et appelé à la manifestation  contre ces bombardements.

Il y avait de la musique pour tous les goûts et tous les âges : java musette avec les « O », chanson française avec « La gueuniche », rock engagé avec « AmerThunes », groupe composé notamment de militants CGT PSA Mulhouse et de SUD Rail, et enfin punk rock avec « Héritage ».

Une belle soirée, dédiée aux 4300 manifestants et résistants, poursuivis par la justice depuis le début de la lutte contre la loi El Khomri !

Faire émerger un mouvement de masse…

Une question demeure cependant et elle n’a pu être résolue durant la soirée: le Front social peut-il engendrer un mouvement de masse pour modifier l’orientation politique du gouvernement et du patronat? Pour cela, il faut évidemment rassembler au-delà de quelques chapelles: la présence indispensable des syndicats dans la formation d’une réaction à la hauteur des enjeux fait-elle partie des objectifs du Front social?

L’expérience du mouvement ouvrier nous prouve qu’il ne suffit pas de jouer sur les colères pour construire des actions durables dans le temps. Pour cela, il est nécessaire de construire des politiques alternatives et de rassembler ensuite toutes les forces dans leur diversité autour de ces objectifs. C’est malheureusement ce qui manque actuellement dans le Front social qui fait pourtant oeuvre utile en permettant de dénoncer les difficultés que rencontrent le monde du travail. Salutaire mais insuffisant pour changer le cours des choses…

Print Friendly, PDF & Email