Les Sheds, en fin d’après-midi de ce mer­cre­di 11 mai, sous un soleil tou­jours vaillant. C’est ce lieu hau­te­ment sym­bo­lique de l’action pour une autre poli­tique éco­no­mique, sociale et envi­ron­ne­men­tale, que la nou­velle force poli­tique de gauche, la Nou­velle Union Popu­laire, Eco­lo­gique et Sociale (NUPES) a choi­si pour pré­sen­ter ses can­di­dats haut-rhi­nois aux pro­chaines élec­tions législatives.

Les excel­lents résul­tats de Jean-Luc Mélen­chon à la Pré­si­den­tielle ouvre des vrais espoirs pour la recons­truc­tion d’une gauche qui ne pra­ti­que­ra pas une poli­tique de droite : d’ailleurs cette gauche-là a bu le bouillon lors des der­nières élec­tions… mais ne semblent pas pour autant tirer les ensei­gne­ments de leur immense et insur­mon­table impopularité.

Ce fut donc une équipe mar­quée par la jeu­nesse de ses membres et la part impor­tante que prennent les femmes dans les can­di­dats pré­sen­tées (5 can­di­da­tures fémi­nines sur 6 cir­cons­crip­tions ! on ne voit pas qui pour­ra faire mieux) !

L’enthousiasme et le dyna­misme qui éma­naient de cette jeune équipe est rafraî­chis­sante dans ce monde poli­tique où un voit tou­jours les mêmes, à la poli­tique iden­tique, même s’ils sont issus de par­tis poli­tiques dif­fé­rents. Le pom­pon étant pour les Macro­nistes qui, pour l’occasion, changent de nom pour ces légis­la­tives. Il faut croire que LREM deve­nait lourd à por­ter après cinq années de pou­voir entiè­re­ment au ser­vice des plus riches et qui a conduit à 10.000.000 de pauvres dans notre pays.

La presse offi­cielle, dont le Jour­nal Unique du Cré­dit Mutuel, peuvent bien railler et se gaus­ser de l’unité de la gauche retrou­vée, la réponse est dans les son­dages qui affirment que 87% des Fran­çais accueillent favo­ra­ble­ment l’unité à gauche.

Et cet enthou­siasme que sus­cite cette uni­té était pal­pable lors de cette soi­rée de pré­sen­ta­tion des can­di­da­tures NUPES pour le Haut-Rhin. L’unité étant tou­jours un com­bat, puisque cha­cun est conduit à faire des conces­sions pour réus­sir le ras­sem­ble­ment, tous les par­tis com­po­sant la nou­velle orga­ni­sa­tion était pré­sent et ont appuyés les candidats. 

Que ce soit Loïc Miné­ry pour EELV, Joseph Siméo­ni (PCF), Eric Ala­rio (PS) et Maelle Pau­gam pour Génération.S ont assu­ré que leurs mili­tants sont sur le pont pour faire la cam­pagne sans hési­ta­tion pour les candidats.

Kevin Jac­que­main, le repré­sen­tant de La France Insou­mise, a tra­cé en grande ligne les enjeux et a fait part de la cer­ti­tude qu’il y a une pos­si­bi­li­té réelle de conqué­rir une majo­ri­té à l’Assemblée nationale.

Les 11 points de l’accord de gou­ver­ne­ment ont été déve­lop­pés avec convic­tion par les can­di­dats et leurs sup­pléants, gon­flés à bloc pour se lan­cer, un mois durant, à la conquête des élec­teurs et évi­ter que l’abstention se répète comme cela fut le cas en 2017 et à favo­ri­ser l’élection d’une majo­ri­té de godillots pour M. Macron.

A cette ques­tion, Kevin Jac­que­main et Nadia El Haj­ja­ji (can­di­date dans la 5e cir­cons­crip­tion à Mul­house) sont convain­cus que la crainte de voir un nou­veau quin­quen­nat d’Emmanuel Macron avec une majo­ri­té de béni oui oui à l’Assemblée est cau­che­mar­desque et que lui impo­ser une coha­bi­ta­tion pour­ra l’empêcher de par­ache­ver la des­truc­tion de conquêtes sociales qu’il a déjà bien enta­mée lors de son pre­mier mandat.

Les can­di­dats NUPES des 6 cir­cons­crip­tions du Haut-Rhin :

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .

Print Friendly, PDF & Email