Cela ne met pas en cause la popularité de l’artiste. Mais pour beaucoup d’entre nous, le traitement médiatique du décès de Johnny Hallyday a quelque chose de « trop » : trop d’hommages, trop de place dans les médias (5 pages dans L’Alsace du 8 décembre !), trop de cérémonies, trop de TV, trop de larmoyants témoignages… Alors que le président des Etats-Unis Donald Trump prend le risque d’allumer une guerre dont on ne peut connaître les conséquences en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël, les médias français tartinent du Johnny jusqu’à l’indigestion. La hiérarchisation de l’information c’est donc cela ? L’émotion remplace la raison, avant le héros national s’appelait Victor Hugo et la référence journalistique Hubert Beuve-Méry. Aujourd’hui, le héros c’est Johnny et la référence c’et Léa Salamé… Décadence ?
L’Alterpresse68

 

On a tous quelque chose du grand John­ny, plan­qué en Suisse, votant pour Sar­ko­zy … Cet hom­mage là, c’est le seul que j’ai réus­si à appré­cier et il a été dif­fu­sé mer­cre­di soir, le 6décembre, sur France-Inter dans l’é­mis­sion de Char­line Van­hoe­nae­ker « Par Jupi­ter », vers 17h30. Néan­moins, on a quand même char­gé la bête, jus­qu’à l’o­ver­dose dans le pathos, les hon­neurs et la fla­gor­ne­rie. Le concours de celui qui tar­tine le mieux le « lèche-bottes blues » a mar­ché à fond les manettes et ce n’est sans doute pas fini.

Tout le monde cri­tique le culte de la per­son­na­li­té des uns et des autres avec rai­son, mais les mêmes, tou­jours prompts à don­ner des leçons de rete­nue ou de dis­cré­tion, ont oublié leurs conseils et sont tom­bés pro­fon­dé­ment dans ce qu’ils dénon­çaient par ailleurs, cette fois-ci.

On n’a jamais vu un truc pareil, sauf peut-être à la télé et à la radio Nord-Coréenne, qui fait encore un peu mieux dans ce genre d’exer­cice … sinon, il faut cher­cher loin. Même du temps de l’O.R.T.F. il n’y avait pas cette façon d’im­po­ser de manière péremp­toire le recueille­ment obli­ga­toire, sur tous les canaux hert­ziens et dans la presse.

D’ailleurs Mélen­chon, une fois de plus, en a fait les frais ! Il n’a pas fait d’hom­mage vibrant à l’exi­lé fis­cal ! Scan­dale dans les chau­mières et dans les salles de rédac­tion et la presse « main-stream », à son habi­tude, a sor­ti une phrase de son contexte et bro­dé une his­toire incroyable de « non-hom­mage », déplacé …

Pen­dant ce temps-là, il y a des gosses et de pauvres hères qui dorment dans la rue, alors que des bâti­ments sont vides et chauf­fés – rien qu’à Mul­house, dans le sec­teur de la « Mer Rouge », on pour­rait loger du monde – et ça cou­te­rait moins cher que les chambres d’hô­tel « For­mule 1 » et simi­laires, tota­le­ment inadap­tés à une vie nor­male, en famille.

D’autres hommes, oui des êtres humains, sont ven­dus comme esclaves – mais per­sonne ne pose la ques­tion à qui, éton­nant non ? Trump délo­ca­lise l’am­bas­sade amé­ri­caine à Jéru­sa­lem … tout le monde s’en fiche aus­si, mal­gré un nou­veau risque d’embrasement au Moyen-Orient. Pas grave, on pour­ra vendre de nou­velles armes …

Evi­dem­ment que notre John­ny natio­nal – enfin très rela­ti­ve­ment quand même, puisque exi­lé fis­cal, au même titre que beau­coup d’autres de nos vedettes « ban­kables » – avait du talent et ne se fou­tait pas de la gueule de son public, mais seule­ment des fran­çais, puis­qu’il refu­sait de par­ti­ci­per à l’ef­fort natio­nal au titre de la répar­ti­tion juste des impôts.

Il n’é­tait pas le seul d’ailleurs. Beau­coup de nos mil­lion­naires, sou­te­nus par l’é­tat, au titre de la défis­ca­li­sa­tion des oeuvres d’art, qui trouvent que les « charges » sala­riales sont énormes et invi­vables pour ces pauvres entre­pre­neurs du CAC40, dis­posent d’un exil fis­cal, ain­si que bon nombre de nos artistes de la chan­son, du cinoche, de la raquette, de la voi­ture de course … etc.

Ces der­niers trouvent eux aus­si que la poli­tique fis­cale en France est invi­vable  … Cher­chez l’erreur !
Bref, une jour­née et plus à nous suri­ner sur toutes les chaînes hert­ziennes, télé­vi­sion com­prise, au frais du contri­buable … cha­peau l’artiste !

De Gaulle, Mal­raux, Jean Fer­rat, Coc­teau, Pom­pi­dou, Mit­ter­rand, Coluche, Bala­voine .… beau­coup d’autres avec autant de talent dans un registre dif­fé­rent, n’ont pas eu cet hon­neur. Il y a même Fabrice Luc­chi­ni qui ose la com­pa­rai­son avec Vic­tor Hugo … on croit rêver !

Et main­te­nant on parle de funé­railles « popu­laires » et de défi­lé de quelques 500 motards sur les Champs Ely­sées. On a déjà oublié la COP 23 et Mme Hidal­go fer­me­ra aus­si les yeux sur le coût « car­bone » de cet évè­ne­ment hors normes, évidemment.

Tout ça, pour finir dans une caisse, à Saint-Barth, loin de ses fans. Quand on a choi­si l’exil fis­cal, c’est vrai­ment pour l’éternité !

Mais de quoi nous plai­gnons nous finalement ?

Les retrai­tés ont eu droit à une aug­men­ta­tion de leur pou­voir d’a­chat de 10 euros/mois, le smic  a été boni­fié de quelques cen­times de l’heure et pour faci­li­ter l’aide au loge­ment, le gou­ver­ne­ment a ampu­té de 5 euros/mois l’A.P.L. … et sup­pri­mé l’ISF !

Ce qui per­met­tra d’a­che­ter encore un yacht et une Porsche ou une Mase­ra­ti aux « pre­miers de cor­dée » et l’ef­fet du ruis­sel­le­ment tant van­té par nos énarques S.D.F. (Sans dif­fi­cul­tés finan­cières) sera sans doute fort utile dans cer­tains para­dis fis­caux, lis­tés par la Com­mis­sion Euro­péenne … c’est déjà ça, mais on attend quand même la suite don­née à ces listes avec beau­coup d’intérêt.

pierre doli­vet / mulhouse

 

 

Print Friendly, PDF & Email