TEXTE ET BANDE SONORE

Oblitéré du ciboulot, “le collectif des tickets jaunes” ? Pas du tout ! Les voilà, en ce samedi 16 mars, résolument décidés à embarquer gratuitement à bord du bus de la ligne 30, géré par la compagnie mulhousienne “Soléa”, depuis la gare centrale jusqu’à l’hôpital Émile Muller.

Objectif avoué: obliger les élus de l’agglomération à expérimenter la gratuité des transports en commun, et assurer simultanément l’instauration d’un conseil mobilité afin de piloter cette expérience.

Un projet si convaincant pour certaines municipalités, que cette gratuité s’installa définitivement à Aubagne ou Dunkerque, notamment.

L’occasion pour Jeanne Roy, de l’équipe d’Alterpresse68, d’échanger avec les membres du collectif durant leur ascension vers le “moenschberg” (la montagne des moines, ainsi qu’est surnommé le vallon sur lequel se trouve l’hôpital).

Il y est question de transports publics, mais également du passage au modèle payant du parking de l’hôpital Émile Muller, dont les ressorts et motivations apparaissent incompréhensibles aux usagers et consultants de l’établissement de santé.

En effet, le parking étant régulièrement saturé, Jean Rottner, 1er adjoint au maire de Mulhouse, et président du Conseil d’administration du GHRMSA (groupement hospitalier du Rhin Mulhouse Sud-Alsace), invoquait, dans l’incompréhension générale, une responsabilité des “autocaristes”, lors du conseil municipal du 14 mars 2019, ainsi que nous le relatons (et illustrons) dans cet article.

Voici fourni par les manifestants, des liens vers les documents qui furent distribués à cette occasion:

  • Un tract pour protester contre les parkings payants à l’hosto

(Remarque : La lettre ouverte et le texte contre les parkings payants ont fait l’objet d’un tract recto-verso déposé sur les pare-brises des voitures stationnant sur les parkings de l’hosto).

  • Une lettre déposée à l’accueil de l’hôpital et destinée à Madame la Directrice du groupement Hospitalier de Mulhouse Sud Alsace