« Nous ne sommes pas des nan­tis ! » sem­blait le mot d’ordre des quelques 200 retrai­tés venus mani­fes­ter depuis la Place de la Bourse à Mul­house, dans le cadre d’une jour­née natio­nale d’action.

Les prin­ci­paux syn­di­cats de retrai­tés des sec­teurs pri­vés et publics y étaient pré­sents, dont la CGT, FO, la CFTC, la CFE-CGC, et la FGR (fédé­ra­tion géné­rale des retrai­tés) affi­liée à la FSU. 

En dépit d’une légère aug­men­ta­tion des pen­sions de base au début de l’année (+1%), beau­coup dénon­çaient la perte de pou­voir d’achat sur le long terme, et réclament des pen­sions au moins égale au SMIC. 

D’autres griefs ont été rap­pe­lés, comme la dégra­da­tion des ser­vices publics cor­ré­lée à leur déma­té­ria­li­sa­tion gran­dis­sante, et la volon­té de voir émer­ger une nou­velle branche de la sécu­ri­té sociale dédiée à la prise en charge de l’autonomie.

Pour autant, c’est bien la poli­ti­sa­tion des enjeux sociaux qui fut mar­quante dans ce ras­sem­ble­ment. Des voix appe­lant à voter « juste » pour ne pas « en prendre pour encore 5 ans »

Que ce soit dans les prises de parole, ou dans les échanges très inté­res­sants avec quelques res­pon­sables syn­di­caux, pro­po­sés ci-des­sous par Mar­tin Wil­helm, cha­cun sem­blait convain­cu que le moment social était déci­sif. Comme si l’a­ve­nir d’une socié­té se jouait tout entier au tra­vers d’un scru­tin présidentiel… 

Les prises de parole :

Échange avec Roland Dubel de la CFTC :

Échange avec Liliane Fayard de la FGR-FSU :

Échange avec Jean-Jacques Umhauer de la FSU :

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .

Print Friendly, PDF & Email