Il est des imbé­ciles et cri­mi­nels qui prennent une reli­gion en otage pour impo­ser leur vision de la socié­té. Il est nor­mal et légi­time de s’opposer et de lut­ter contre cette volon­té d’asservir les hommes et les femmes à des dogmes.

Et il y a des imbé­ciles qui se mobi­lisent, cette fois-ci en Corse et peut être ailleurs demain, pour inter­dire à des ensei­gnants et leurs élèves de chan­ter en plu­sieurs langues la chan­son de Len­non : en anglais, en fran­çais, en corse… et en arabe. C’est cette langue qui n’a pas plu.

Au lieu de dénon­cer cette imbé­ci­li­té par un article, L’Alterpresse a pré­fé­ré publier l’objet du délit : les paroles de la chan­son de John Len­non. On com­pren­dra mieux en les lisant que l’imbécilité est peut être le moteur d’autre chose…

lennon

Ima­gine the­re’s no heaven
It’s easy if you try
No hell below us
Above us only sky
Ima­gine all the people
Living for today

Ima­gine the­re’s no countries
It isn’t hard to do
Nothing to kill or die for
And no reli­gion too
Ima­gine all the people
Living life in peace

You…
You may say I’m a dreamer
But I’m not the only one
I hope some day you’ll join us
And the world will be as one

Ima­gine no possessions
I won­der if you can
No need for greed or hunger
Our bro­the­rhood of man
Ima­gine all the people
Sha­ring all the world

And the world will live as one

Tra­duc­tion

Ima­gine

Ima­gi­nez qu’il n’y a pas de Paradis,
C’est facile si vous essayez,
Aucun enfer en des­sous de nous,
Au des­sus de nous seule­ment le ciel,
Ima­gi­nez tous les gens,
Vivant le présent…

Ima­gi­nez qu’il n’y a aucun pays,
Ce n’est pas dur à faire,
Aucune cause pour laquelle tuer ou mourir,
Aucune reli­gion non plus,
Ima­gi­nez tous les gens,
Vivant leurs vies dans la paix…

Vous pou­vez dire que je suis un rêveur,
Mais je ne suis pas le seul,
J’es­père qu’un jour vous nous rejoindrez,
Et que le monde vivra uni

Ima­gi­nez aucunes possessions,
Je me demande si vous le pouvez,
Aucun besoin d’a­vi­di­té ou de faim,
La fra­ter­ni­té des hommes,
Ima­gi­nez tous les gens,
Par­ta­geant tous le monde…

Vous pou­vez dire que je suis un rêveur,
Mais je ne suis pas le seul,
J’es­père qu’un jour vous nous rejoindrez,
Et que le monde vivra uni