Le marché de Noël s’est bien installé sur les places des villes et villages d’Alsace. Vin chaud, tartes flambées et mannalas sont au programme, la neige tombe parfois mais de moins en moins à cause du réchauffement climatique… Bref, nous sommes en décembre, le mois de toutes les folies !
Entre le calendrier de l’avent à usage unique, le suremballage, l’orgie de chocolat, les mille et une destinations pour le Nouvel An et l’arbre de Noël, difficile de se sentir ouvert à l’écologie.
Pourtant, c’est la période idéale pour faire les choses différemment !

Pri­vi­lé­giez le 0 déchet

Tout le monde le sait, les embal­lages, c’est naze.  Mais s’en pas­ser demande quand même un peu d’or­ga­ni­sa­tion. Alors avant d’al­ler faire vos courses, pre­nez des sachets en tis­su ou en papier réuti­li­sables et des petites boîtes en fer ou en car­ton pour sto­cker vos achats. Dans les bou­lan­ge­ries et cho­co­la­te­ries du centre-ville, votre démarche sera bien accep­tée et par­fois même félicitée !

Sou­te­nez les petits com­merces locaux

Les grandes enseignes et les maga­sins stan­dar­di­sés ont pignon sur rue dans le centre-ville. Pour­tant, il existe plein de petites bou­tiques sym­pas qui non contentes de faire vivre le centre-ville, ont aus­si pour qua­li­té de payer leurs impôts en France (#Sto­pE­va­sion­Fis­cale). En vous garant dans les par­kings relais-tram ou en uti­li­sant le train et le vélo, vous pour­rez faire du lèche-vitrine sans pes­ter après une place de par­king et pro­fi­ter sans stres­ser de la magie de Noël.

Pen­sez avant de dé-pensez !

Les néons et lumières de Noël ont tôt fait de nous aveu­gler, nous ren­dant sans doute plus sen­sibles à la publi­ci­té. Réduc­tions, offres exclu­sives, pro­mos, tout est bon pour nous faire ache­ter n’im­porte quoi dans une sorte d’eu­pho­rie qui n’est bonne ni pour notre porte-mon­naie, ni pour la pla­nète. Pro­fi­tons-en donc pour évi­ter les publi­ci­tés, vous vous ren­drez peut-être compte à quel point c’est dif­fi­cile. Les études le prouvent, les publi­ci­tés fatiguent le cer­veau et encore plus quand elles sont sur des écrans. Pour leur résis­ter, essayez le boy­cott inver­sé : toutes les marques vues sont abso­lu­ment à évi­ter ! Après tout, le prix de leur pro­duit com­prend un bud­get pub sou­vent astro­no­mique et comme cha­cun sait, toute publi­ci­té est mensongère.

Conju­guez faste et sobriété

Deux termes qu’on pense anti­no­miques mais si on y pense, en uti­li­sant des pro­duits sains, locaux et peu car­nés, on évite de par­ti­ci­per au gas­pillage ambiant sans pour autant sacri­fier les grandes tablées cha­leu­reuses qui font le plai­sir de Noël. Vous n’au­rez peut-être pas de dinde à mettre sur la table ou d’a­vo­cats dans votre salade mais en décou­vrant à plu­sieurs plein de recettes dif­fé­rentes et res­pec­tueuses de l’en­vi­ron­ne­ment, vous pour­rez offrir à vos invité.e.s tout le faste et la richesse d’un grand fes­tin, la bonne conscience en plus !

Idées pra­tiques :

            *Calen­drier de l’Avent : si vous tenez à en ache­ter un, pre­nez-le en tis­su pour le rem­plir chaque année de frian­dises pré­pa­rées par vos soins ou ache­tées en 0 déchet.

            *Saint-Nico­las : Faites vos Man­na­las mai­son avec des ami.e.s accom­pa­gnés d’une soi­rée vin chaud sym­pa ou avec des enfants qui crée­ront toutes sortes de petites figures fan­tas­tiques. Si vous n’a­vez pas la fibre pâtis­sière, il vous reste les boulangeries.

            *Cadeaux : Là aus­si, on pri­vi­lé­gie la sim­pli­ci­té. Ce qui n’empêche pas l’o­ri­gi­na­li­té ! En chi­nant au « Maga­sin pour Rien » (103, rue Vau­ban) ou à Emmaüs Cer­nay, vous pour­riez tom­ber sur des petites mer­veilles avec une empreinte plus douce pour la pla­nète que les objets décos, chers et de mau­vaise qua­li­té des maga­sins « ten­dance ». Si vous êtes plus dans l’ex­pé­rience, le concret, vous pou­vez offrir un week-end dans le pro­gramme « Accueil pay­san » pour un moment authen­tique à la cam­pagne, des cours à l’UP (ça tombe bien, elle a d’ailleurs sor­ti son nou­veau pro­gramme), une carte de biblio­thèque, un abon­ne­ment légumes à l’A­MAP ou encore une carte Pres­to pour prendre le train moins cher et (re-)découvrir la région toute en douceur.

Pour des cadeaux plus passe-par­tout et moins oné­reux, il reste les bocaux de gâteaux à faire soi-même. Pas la peine de les ache­ter tout fait : on reste dans le 0 déchet en recy­clant et en cus­to­mi­sant un vieux bocal et en le rem­plis­sant d’in­gré­dients en vrac de la bio­coop. Miam, la bonne recette de bre­da­la ou de cookies avec tous les ingré­dients prêts (sauf les œufs et le beurre bien sûr).

*Le réveillon : c’est sans doute dans la cui­sine que la démarche éco­lo­giste trou­ve­ra le plus faci­le­ment sa place. Des plats pré­pa­rés avec amour qui sentent bon Noël, ce sont d’a­bord des plats avec des pro­duits locaux et bios de pré­fé­rence. Et pour aller un peu plus loin dans la décou­verte, on réduit consi­dé­ra­ble­ment l’ap­port en viande car l’é­le­vage indus­triel, trop sou­vent pré­sent dans nos assiettes, par­ti­cipe acti­ve­ment au réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Poê­lée de cham­pi­gnons des bois, fon­due de poi­reaux, rös­tis, salade de mâche aux noix, pommes au beurre, man­da­rines au four… ce ne sont pas les recettes savou­reuses qui manquent, il suf­fit de se lan­cer ! Cha­cun fait son choix mais le foie gras, c’est quand même triste quand il existe tant d’al­ter­na­tives déli­cieuses qui ne requièrent pas de rendre un ani­mal malade (stéa­tose) !

*Le Nou­vel An : La SNCF veut vous vendre un tour d’Eu­rope des capi­tales pour un Nou­vel An inou­bliable mais entre nous, où qu’on soit, les meilleures fêtes sont celles qu’on fait avec ses ami.e.s. Un cha­let dans les Vosges, un appart sur Mul­house ou le réveillon pro­po­sé par l’as­so­cia­tion du coin dans la salle poly­va­lente, pas besoin d’al­ler bien loin pour que ces fêtes de fin d’an­née se ter­minent sur une note heu­reuse ! Et si vous trou­vez ça trop morne, à vous de l’é­pi­cer avec des cos­tumes, du karao­ké, une mur­der-par­ty, des jeux de socié­tés ou des défis à lan­cer. Le plus, c’est quand même d’u­ti­li­ser de la vais­selle réuti­li­sable et pas trop de « conne­ries » qui sitôt uti­li­sées vien­dront alour­dir la pou­belle… et votre bilan carbone !

Voi­là déjà quelques idées pour se mettre en jambe pour la période des fêtes, n’hé­si­tez pas à par­ta­ger vous aus­si vos idées pour une fin d’an­née éco­lo ! Per­so, étant aller­gique aux aiguilles de sapin, je décore mon ficus et ça lui va très bien !

Cécile Ger­main

Print Friendly, PDF & Email