Il y avait 3500 per­sonnes envi­ron qui défi­laient ce same­di à Mul­house, pour le neu­vième same­di consé­cu­tif, contre le pass sani­taire, et plus encore contre les consé­quences sociales de celui-ci.

En effet, le mou­ve­ment est arri­vé à un point d’in­flexion pour nombre de ses par­ti­ci­pants actifs. Per­son­nel soi­gnant et depuis quelques jours sala­riés des ser­vices dans le sec­teur pri­vé, sont som­més d’ef­fec­tuer une pre­mière vac­ci­na­tion d’i­ci le 15 sep­tembre, ou de voir leur contrat de tra­vail sus­pen­du sans solde, à toute le moins jus­qu’au 15 novembre, date fixée pour la fin d’ap­pli­ca­tion du pass sani­taire en France.

Rien ne dit que la mesure ne sera pas recon­duite, au nom d’un quel­conque pré­texte sani­taire. Oli­vier Véran n’en fai­sant pas mys­tère dans les télés ou radios où il s’est trou­vé invité.

De mul­tiples ten­dances poli­tiques et idéo­lo­giques se cou­doient au sein des défi­lés du same­di, depuis le début de la séquence sociale, ini­tiée en juillet. Nous avons notam­ment rela­té la pré­sence spo­ra­dique de l’Ac­tion Fran­çaise dans les rangs. 

Mais la gauche et des syn­di­ca­listes, notam­ment issus de la CGT, sont cette fois réso­lus à faire entendre leurs reven­di­ca­tions, alors que se pro­file un choc social d’envergure après le 15 septembre. 

Des esti­ma­tions font déjà état de 300 000 per­son­nels soi­gnants non encore vac­ci­nés, et donc sus­cep­tibles de ne plus pou­voir reprendre leurs fonc­tions d’i­ci 3 jours. 

Alors que les prises de parole devant les mani­fes­tants sont redon­dantes depuis des semaines, quelques figures mili­tantes de gauche tentent cette fois de s’a­dres­ser à la foule, alors qu’un dis­cours très hos­tile aux vac­cins est lar­ge­ment relayé au micro de la sono centrale. 

Un mili­tant dis­po­sé à inter­ve­nir sur les consé­quences sociales du pass sani­taire est sim­ple­ment inter­dit de parole.

La figure mili­tante de la CGT et du NPA, Fran­çoise Ruch, force un peu pour prendre le micro, après que celui-ci ait été refu­sé au mili­tant dont on a cou­pé le sifflet. 

Elle relate le piège que tend Macron, celui de la divi­sion entre vac­ci­nés et non vac­ci­nés, et sur la néces­si­té de faire face ensemble contre ce « bal­lon d’es­sai » de la part du gouvernement.

Cette prise de parole a été de loin la plus applau­die. Les mili­tants du front social ont notam­ment vu depuis lors des par­ti­ci­pants les rejoindre sous leur banderole. 

Les mani­fes­tants étaient 1500 à Stras­bourg et au moins 2500 à Colmar.

Nous avons par ailleurs retrou­vé le dis­cours que le mili­tant n’a pu lire au micro des orga­ni­sa­teurs. Il est repro­duit ci-dessous :

Enfin, voi­ci la gale­rie pho­to­gra­phique pro­po­sée par notre ami et col­la­bo­ra­teur Mar­tin Wil­helm :

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .