Pour le pluralisme de l’information, aidez L’Alterpresse68… – L'Alterpresse68

Pour le pluralisme de l’information, aidez L’Alterpresse68…

Le journal en ligne L’Alterpresse68 a été crée voici près de 3 ans en Alsace, dans le contexte d’un assèchement éditorial, notamment lié à la fusion progressive des rédactions et de l’outil industriel des 2 quotidiens locaux, que sont les Dernières Nouvelles d’Alsace, et l’Alsace. Tous deux appartenant au groupe de presse EBRA, propriété du Crédit Mutuel.

Journal en ligne privilégiant l’information locale, L’Alterpresse68 vise la grande région mulhousienne, et furète, par intermittence,auprès de ses voisins allemands et suisses. Sa vocation ? Animer le débat d’idées, tout autant que relayer les initiatives et luttes sociales autour de son rayon d’action.

Nos thèmes prioritaires sont : l’information économique, sociale et politique locale, la promotion d’une économie au service de l’humain, la défense de l’environnement pour un développement social équitable, l’application d’une vraie démocratie locale et sociale, la défense des cultures et des langues régionale, la coopération de la région Alsace avec ses voisins proches, le Bade-Württemberg et le Nord-Ouest de la Suisse, notamment…

Partenaire de la radio locale associative Radio MNE, notre journal, fondé sur et pour l’écrit, souhaiterait favoriser idéalement tous les supports d’expressions numériques audiovisuels…

Média farouchement indépendant, L’Alterpresse68 récuse tout financement publicitaire, et ne dispose d’aucune subvention pour vivre. Il n’existe, pour le moment, que par la seule volonté de ses lecteurs.

Avec plus de 150.000 visiteurs depuis sa création, L’Alterpresse68 a atteint son premier objectif : exister et être reconnu comme un média qui renouvelle l’offre d’information de proximité, à caractère social et citoyen.

A présent, nous avons besoin de votre soutien financier pour pouvoir envisager un développement plus ambitieux.

En effet, L’Alterpresse68 est accessible gratuitement. Mais l’absence de modèle économique n’est pas compatible avec les projets que nous souhaitons mettre en œuvre pour lui, afin notamment de garantir la diffusion la plus qualitative et la plus large qui soit.

Ainsi, le financement d’au moins un poste de chargé de mission avec statut de journaliste, permettrait enfin d’initier les fondations de ce vaste chantier du renouveau de l’information de proximité.

Pour ce faire, vous pouvez choisir de nous prodiguer un don unique, ou de contribuer, pour un montant mensuel de votre choix, au financement du journal par des dons répétés, et sans aucun engagement, toujours via la plateforme « J’aime l’info ».

Les dons dont vous nous gratifierez peuvent faire l’objet d’une déduction de 66 % du montant de votre impôt sur le revenu, dès lors que vous passerez par cette plateforme.

En vous remerciant chaleureusement par avance pour toutes vos contributions.

La rédaction de L’Alterpresse68

Vous pouvez verser vos contributions sur le site sécurisé

https://www.okpal.com/l-alterpresse68/#/

Avec toute notre reconnaissance

Print Friendly, PDF & Email

Michel MULLER

Rédacteur et animateur de débats publics.

Une réflexion sur “Pour le pluralisme de l’information, aidez L’Alterpresse68…”

  1. Bonjour à tous,
    Par les temps qui courent, le net est de moins en moins sûr ! Perso, sauf cas très exceptionnels, dans lesquels je n’ai pas d’autre possibilité, je n’utilise jamais le net pour des paiements, quelqu’ils puissent être.
    La “rédac” de “l’Alter” serait bien inspirée également d’indiquer une adresse postale à laquelle les chèques peuvent arriver par la poste. D’abord, ça fera tourner les facteurs qui sont nécessaires à tout le monde, ça préservera du coup quelques emplois, directs et indirects (imprimerie pour les timbres, fabrication des enveloppes, tri du courrier …) et de plus, ça permettra à ceux qui ne sont pas fans du clavier, comme votre humble serviteur, sauf en cas de nécessité professionnelle absolue, de pouvoir utiliser le graphisme personnel des liés et des déliés … bonne journée à tous.
    Pierre Dolivet / mulhouse

Les commentaires sont clos