Mieux connaitre les caractéristiques sociologiques, politiques et idéologiques du mouvement des gilets jaunes, c’est ce à quoi vous invite le sociologue strasbourgeois Alain Bihr, dans les colonnes de notre confrère “A l’encontre“. Il y expose par ailleurs une sévère critique de l’attitude des organisations syndicales et politiques de gauche et d’une partie de l’extrême gauche, laquelle mérite d’être prestement remontée vers les hiérarchies syndicales et partitocratiques du département. Afin d’y participer en connaissance de cause, le texte se conclut par quelques “propositions pour pérenniser, étendre et renforcer le mouvement”.

Du côté de nos voisins lorrains, “l’appel des gilets jaunes de Commercy” publié sur la plateforme associative “Manif-Est“, invite à la constitution d’assemblées populaires, par la pratique d’une démocratie directe, sans recours traditionnel à des représentants. C’est précisément ce que propose le juriste Pierre Bance, fervent partisan de l’instauration d’un municipalisme libertaire, “sans César ni tribun”, comme forme achevée de société émancipée, en appui à l’appel de Commercy.

Et à Mulhouse, ma soeur, ne vois-tu pas vrombir cette jaunisse qui nous gagnera tous ?