Le monde de la culture dans son ensemble gargouille d'aise devant l'adoption en dernière lecture (le texte circule depuis 3 ans entre parlementaires, commissaires et ministres) de la directive "droits d'auteurs", fondée sur la base du rapport de l'eurodéputé allemand Axel Voss (CDU).

Les articles 11 et 13 (devenus 15 et 17) concentraient l'essentiel des critiques du monde associatif et des défenseurs du libre, lesquelles se trouvaient conjointement, et paradoxalement, en phase avec les GAFAM.

Il y est question de "droits voisins" pour les éditeurs de presse (article 11, puis 15), dont les contours sont suffisamment flous pour permettre de nombreuses dérives, et de censure nécessairement algorithmique, donc automatique (article 13, puis 17), sur les créations vidéos ou audios susceptibles de contenir un fragment d'oeuvre protégée par un copyright.

L’Electronic Frontier Foundation, première organisation mondiale de défense des droits numériques, s’en est insurgée dans une le...

 

Pour accéder aux articles et ressources, identifiez-vous ci-dessous (ou par le bouton "connexion" en haut). Si vous n'êtes pas encore abonné-e, souscrivez ICI.