En ce 20 juin 2019, à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le CCFD-Terre Solidaire organisait, Place de la Réunion, comme elle le faisait dans plusieurs autres villes (Paris, Rouen, Toulouse, Strasbourg, Marseille…) sa cérémonie des « Barbelés d’Or ».

Un symbole suffisamment explicite, qui « récompense » les pays européens détenteurs de records en matière de violation des droits des personnes migrantes et du droit d’asile.

L’occasion surtout d’interpeller les citoyens sur l’inhumanité des politiques migratoires européennes actuelles.

La cérémonie s’inscrit au demeurant dans le cadre d’une campagne globale lancée le 27 mai par le CCFD-Terre Solidaire, sous le hashtag: #SolidairesFaceAuxFrontieres

Celle-ci vise à déconstruire les préjugés et sensibiliser les citoyens sur les conséquences des politiques de fermeture des frontières, et invite à créer du lien avec les personnes migrantes, en donnant corps au principe de solidarité.

Le premier de ces préjugés étant celui de « l’invasion migratoire ». Alors même qu’à peine 3,4% de la population mondiale ne vit pas dans son pays d’origine, contre 2,9% en 1990. Par ailleurs, au sein de l’Union Européenne, 6% des personnes seulement sont d’origine extra-européenne, et que 85% des réfugiés à travers le monde ont trouvé asile dans un pays en développement, et non en occident.

Enfin, les politiques de fermeture ne font que favoriser les réseaux criminels, la traite, et l’économie des passeurs.

A ce sujet le CCFD informe que l’Union Européenne et ses États membres mènent de longue date des politiques migratoires inhumaines et dispendieuses.

Ainsi, plus de 1000 km de murs ont été érigés en Europe, et plus de 21 milliards d’euros sont prévus pour renforcer les frontières extérieures de l’Union Européenne d’ici 2027.

Les politiques migratoires actuelles ont provoqué le décès de 34 000 personnes ces 20 dernières années. Elles sont mortes en mer, en tentant de traverser une frontière, ou encore dans les centres de rétention.

Raison pour laquelle l’association déployait sur toute la largeur de la Place de la Réunion, un long et impressionnant ruban comportant les noms et circonstances des décès de 17 000 personnes, sur les 34 000 estimés à ce jour.

Pour en revenir à la “cérémonie”, ont donc été reconnus lauréats des “Barbelés d’Or” 2019 :

La Hongrie, pour sa politique de discrimination systématique et son refus d’accueil des demandeurs d’asile.

La République Tchèque, pour avoir rejeté plus de 90% des demandes d’asile qui ont été déposées sur son territoire.

Enfin, la France ne pouvait échapper à son prix bien mérité, afin de souligner le net durcissement des politiques d’accueil et d’asile du gouvernement Macron et Philippe…

Enfin, 3 associations ont été récompensées pour leur dévouement à la cause des réfugiés: l’Association d’aide aux demandeurs d’asile (ADA), la Cimade, et la Ligue des Droit de l’Homme.

Pour en savoir plus sur le CCFD :