Tout comme le jeudi 10 octobre dernier, une centaine de manifestants kurdes s’est rassemblée le mercredi 16 octobre vers 18 h, devant l’entrée du centre commercial Porte Jeune, à l’appel notamment de l’Union révolutionnaire des peuples, du mouvement des femmes kurdes et du Conseil démocratique kurde de France.

Diverses pancartes: « Erdogan assassin » ou « Erdogan = Daesh » dénonçaient l’invasion du nord-est de la Syrie par l’armée de Recep Erdogan, et appelaient la France et l’Occident à réagir.

Quelques soutiens à Erdogan, munis de drapeaux turcs, vinrent provoquer un mouvement de foule, circonscrit de la plus grossière des manières par les unités de police, lesquelles disposaient de bombes lacrymogènes qu’elles précipitèrent à jets multiples au niveau de la station de tram, arrosant de manière indiscriminée des gaz irritants et toxiques dans tout le secteur, notamment auprès des passants et usagers des transports publics.

Un des vociférateurs pro Erdogan

Nadia El Hajjaji de Génération(s), a fait part du soutien de son parti ainsi que celui de diverses organisations politiques et associatives unies au sein du comité mulhousien pour la défense du Rojava. D’autres prises de paroles suivirent, émanant notamment du mouvement des femmes kurdes.

Le Rojava (ou Kurdistan syrien) situé dans le nord-est de la Syrie, est une région autonome proclamée en 2016 par les Kurdes de Syrie comme une entité « fédérale démocratique » inspiré du confédéralisme démocratique théorisé par le PKK, parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme terroriste par le gouvernement turc.

Cet article vous a intéressé ? Alors sachez qu’un journal d’information “gratuit” ne peut pas exister. Sauf s’il était financé par la publicité, ou encore… s’il exploitait vos données personnelles ! En tant que média indépendant d’information locale, sans publicité, nous ne pouvons compter que sur votre don pour poursuivre notre tâche en toute liberté. Merci par avance.