Plusieurs dizaines de personnes se trouvaient mardi 15 octobre sur la pelouse située devant la sous-préfecture de Mulhouse. Agissant au nom de AU68, un collectif de 17 associations haut-rhinoises, oeuvrant sur les problématiques du mal-logement et de la précarité, il rassemble diverses structures, dont notamment Urgence Welcome, ATD Quart Monde, la CIMADE, Emmaüs, la Fondation Abbé Pierre, l’Armée du salut ou la Ligue des Droits de l’Homme, parmi d’autres.

Le collectif proteste contre l’insuffisance de moyens d’accueils dans les centres d’hébergements. Le taux de non réponse du 115 (le numéro du centre de contact, d’urgence et d’accueil des personnes sans-abri) est en moyenne de 60% dans le département. Concrètement, c’est près de 95 à 100 personnes qui, chaque jour à Mulhouse, restent à la rue, à défaut de pouvoir se loger.

Des lits de camp étaient symboliquement disposés le long de la pelouse attenante à la Place du Général de Gaulle, en face de l’entrée de la sous-préfecture.

Les demandes politiques et administratives formulées par le collectif sont les suivantes: mise en œuvre d’un accueil inconditionnel pour tous; mise à disposition de bâtiments vides pendant leur reconversion; un objectif assumé de zéro personne à la rue; et une politique nationale de prévention et d’action ambitieuse.

Odile Fournier, l’une des représentantes du collectif, était à notre micro pour nous en parler:

Odile Fournier de AU68, au micro de Michel Muller

Cet article vous a intéressé ? Alors sachez qu’un journal d’information “gratuit” ne peut pas exister. Sauf s’il était financé par la publicité, ou encore… s’il exploitait vos données personnelles ! En tant que média indépendant d’information locale, sans publicité, nous ne pouvons compter que sur votre don pour poursuivre notre tâche en toute liberté. Merci par avance.