Entrevue audio au bas du texte

On s’était habitué à compter les manifestants par milliers à Mulhouse. Mais en ce 29 janvier, c’est plutôt par centaines qu’il fallait mesurer la participation à cette nouvelle journée d’action nationale pour une autre réforme des retraites.

Rien d’étonnant à cela : la grève que nous connaissons entre autres dans les transports, est la plus longue que nous ayons connu, même plus longue que celle, historique, de mai 1968.

L’usure jouée par le gouvernement fait son effet sur la participation à la grève : il faut souffler, nous disent les responsables syndicaux, car la belle solidarité financière populaire ne permet pas de compenser totalement les lourdes pertes salariales que subissent les grévistes.

Nous vivons effectivement une agrégation de mécontentements qui conduisent à des actes concrets de mobilisation. Les sapeurs-pompiers hier, les avocats quasiment tout le temps, les personnels hospitaliers toujours et toujours, la grève administrative des grands patrons des hôpitaux fait tâche d’huile…

Plus de 60% des Français selon les sondages réclament l’abandon du projet de retraite gouvernemental. Et il s’avère que plus le projet révèle ses vrais contours et plus le rejet augmente !

L’avis du Conseil d’Etat, que nous évoquions dans notre article du 26 janvier, d’une sévérité jamais vue sur un projet de loi, révèle les manques criants du texte de M. Macron ; le débat parlementaire qui s’ouvrira permettra de faire encore plus la lumière sur les insuffisances, les iniquités, les injustices qui caractérisent le projet de loi.

Toujours est-il que la baisse du nombre de grévistes n’est en aucun cas révélateur d’une défaite des opposants à ce texte.

Comme nous le révèle l’entretien que nous avons eu avec Jonathan Seiller, le secrétaire général adjoint du syndicat CGT cheminots de Mulhouse, les syndicalistes réfléchissent à de nouvelles formes d’action.

Car il y a une profonde colère devant ce que les grévistes considèrent comme du mépris de la part du gouvernement et sa stratégie de communication, qui semble prendre les gens pour des imbéciles.

A l’écoute de ces paroles, on se doute bien que nous n’en sommes pas à marée basse…

Ci-dessous, une entrevue audio avec Jonathan Seiller, secrétaire général adjoint de la CGT cheminots de Mulhouse :

Enfin, voici quelques quelques photos prises à Mulhouse, à l’occasion de la manifestation au flambeau, le vendredi 24 janvier :

Par ailleurs, une chanson et danse des femmes face à la retraite à points était chorégraphiée ce même jour devant la Porte Jeune et le local de la candidate LREM à l’élection municipale, Lara Million :

Vous jugez utile notre travail d’information ? Sachez qu’un journal “gratuit” ne peut exister dans la durée. Sauf à être financé par la publicité, ou… s’il commercialisait vos données personnelles ! En tant que média indépendant d’information locale, sans publicité, nous ne pouvons compter que sur votre don pour poursuivre notre tâche en toute liberté. Merci par avance.

Print Friendly, PDF & Email