Hier, 27 jan­vier 2020, la librai­rie mul­hou­sienne « 47 Degrés Nord » pré­sen­tait le livre « Musée de l’Im­pres­sion sur étoffes de Mul­house Autop­sie d’un pillage », écrit par Pierre Frey­bur­ger et édi­té chez Média­pop édi­tions.

Trente minutes avant l’ho­raire annon­cé pour cette confé­rence publique, 200 per­sonnes se pres­saient déjà dans le hall car tout le monde savait déjà qu’il y avait du « scoop » dans l’air.

Et il y en eut pour ceux qui n’a­vaient pas encore ache­té le livre en vente depuis 3 jours.

J’es­père que Pierre Frey­bur­ger pour­ra mener à terme son enquête, et que les moyens ne lui seront pas refu­sés quand il vou­dra mettre en lumière l’i­nex­pli­cable (quoique pas si inex­pli­cable que ça) silence assour­dis­sant, entre­te­nu depuis des années par les col­lec­ti­vi­tés concer­nées (Mai­rie de Mul­house, Mul­house Agglo­mé­ra­tion, Dépar­te­ment et Région) par cette affaire scandaleuse !

Des mil­liers de livres qui dis­pa­raissent, des cen­taines de « Car­rés Her­mès » qui s’en­volent (au point que les bour­geoises de la ville n’osent plus por­ter celui qui leur a été offert), un Conseil d’Ad­mi­nis­tra­tion inexis­tant depuis des années, une gale­riste éta­su­nienne très « spé­ciale », un col­lec­tion­neur hon­grois aux agis­se­ments curieux, une banque très dis­crè­te­ment sol­li­ci­tée, une Socié­té Indus­trielle mul­hou­sienne au silence très contrô­lé et, à la manœuvre, la « che­ville ouvrière » de cette escro­que­rie, qui chute mal­en­con­treu­se­ment d’une échelle et meurt dans le musée, peu de temps après la révé­la­tion des vols…

Fin dou­lou­reuse pour celui qui, en 6 ans, pas­se­ra du poste de gar­dien de musée, à Direc­teur du même musée. En voi­là un, au moins, qui aura su tra­ver­ser la rue !

Je trouve pour ma part que cela fait « un peu beau­coup » et que ça méri­te­rait un 2ème voire un 3ème livre sur le sujet ! Je n’en doute pas, Pierre Frey­bur­ger est pro­ba­ble­ment déjà sur le pro­chain ouvrage.

Et il y a de quoi faire une belle série poli­cière pour la télé fran­çaise. Avec, évi­dem­ment, les par­te­na­riats finan­ciers du Minis­tère de la « Culture », de la Région, du Dépar­te­ment, de M2A et de la Ville.

Le livre de P. Frey­bur­ger mérite d’être lu. Il est ven­du au prix de 12€.

Il est d’ailleurs bien plus inté­res­sant que les articles de presse (bidons) signés par des valets qui se gar­ga­risent, 2 mois avant les élec­tions muni­ci­pales, d’une cer­taine friche indus­trielle revi­si­tée, et pré­sen­tée comme la nou­velle « mecque » mul­hou­sienne des arts, par les pisse-copies repro­dui­sant ser­vi­le­ment les articles de l’AFP sur le sujet !

Maxi­mi­lien

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .