Cette élec­trice mul­hou­sienne, ne se recon­nais­sant d’au­cune affi­lia­tion, par­ti ou asso­cia­tion, s’in­ter­roge dans un cour­rier sur 3 situa­tions rela­tives à l’u­ti­li­sa­tion des ordi­na­teurs de vote ou « machines à voter », dans la pers­pec­tive de la pro­chaine élec­tion muni­ci­pale à Mul­house (aus­si bien que celle de Rie­di­sheim), où la céci­té démo­cra­tique induite par ces dis­po­si­tifs reste de vigueur. 

Preuve effec­tive de l’enregistrement du vote, pos­si­bi­li­té de recomp­tage des voix, com­mis­sion d’é­va­lua­tion… Elle pose les enjeux les plus essen­tiels du vote élec­tro­nique, et envi­sage quelques scé­na­rios à l’ap­pui de ses hypothèses. 

Ses inter­ro­ga­tions ont été expé­diées à l’en­semble des can­di­dat-e‑s se pré­sen­tant devant les élec­teurs mul­hou­siens, y com­pris Loïc Miné­ry (liste Cause com­mune), lequel a déjà pris posi­tion pour le retrait de ces machines, ce que l’au­teur ne savait pas au moment de sa rédac­tion. Son docu­ment est consul­table ci-dessous: 

MHF

Pour le cas où le docu­ment ne s’af­fi­che­rait pas dans votre navi­ga­teur, cli­quez ici.

Nos articles consa­crés au sujet sont dis­po­nibles ici.

Print Friendly, PDF & Email