Avec 73,96 % des ins­crits, soit 36 318 élec­teurs, l’abs­ten­tion mas­sive à Mul­house a été la seule grande gagnante d’un scru­tin assez irréel.

Le « ticket » Lutz/Rottner s’en sort labo­rieu­se­ment, bien qu’il figure en tête avec 33,66%. Jean Rott­ner (en « solo ») réa­li­sait en effet près de 10 points de plus en 2014, avec 42,16% des voix. Les duet­tistes dis­posent a prio­ri d’un réser­voir de voix suf­fi­sant pour rem­por­ter le second tour, à sup­po­ser que celui-ci ne soit pas annu­lé d’i­ci dimanche pro­chain, du fait de l’é­pi­dé­mie en cours, et que le report d’une frac­tion des voix des listes Mil­lion et Jenn soit opérant. 

La frac­ture au sein de LREM a en effet pro­fi­té à la can­di­date offi­cielle Lara Mil­lion, qui tota­lise 20,14% (arri­vant 3e), contre Fati­ma Jenn, laquelle obtient un sévère 7,94%, et ne peut ain­si se main­te­nir au second tour. 

Tan­dis que la liste du ras­sem­ble­ment de gauche, menée par Loïc Miné­ry, accom­plit un score très hono­rable, en obte­nant la seconde place du scru­tin (21,96%), mais dis­pose d’un faible réser­voir de voix au report, sauf à comp­ter sur une (impro­bable) mobi­li­sa­tion des abstentionnistes. 

La bonne sur­prise vient de la contre­per­for­mance de Chris­telle Ritz (RN) dont le par­ti d’ex­trême droite béné­fi­ciait jus­qu’a­lors de bons résul­tats lors des scru­tins où l’abs­ten­tion est forte, mais qui a tout juste réus­si à se qua­li­fier cette fois pour le second tour, avec 12,08% des voix expri­mées. Pour rap­pel la liste FN menée à Mul­house par Mar­tine Bin­der obte­nait 21,85% au pre­mier tour de 2014. 

Le can­di­dat sur­prise Spi­na­li réa­lise un score modeste mais hono­rable au regard de sa consti­tu­tion tar­dive et de son carac­tère com­po­site. Julien Wos­tyn (Lutte ouvrière) fer­mant la marche avec 1,86%.

Dif­fi­cile de conclure objec­ti­ve­ment et poli­ti­que­ment sur ce pre­mier tour à Mul­house, tant la crise sani­taire char­rie une crise poli­tique inédite et ubuesque. D’au­tant que le second tour ris­que­rait d’être annu­lé, selon des sources concor­dantes. La situa­tion sani­taire a déteint sur l’en­semble de la donne poli­tique, tant locale que natio­nale, où l’abs­ten­tion a dépas­sé 54%, soit le niveau mul­hou­sien de 2014, tan­dis qu’elle a cru aujourd’­hui de près de 20 points dans la cité du Boll­werk.

Il n’est tou­te­fois pas exclu de pen­ser que la dété­rio­ra­tion de la situa­tion sani­taire propre à Mul­house, la psy­chose qui s’en trouve ali­men­tée de ce fait, la démo­bi­li­sa­tion assez tra­di­tion­nelle chez les élec­teurs mul­hou­siens, addi­tion­née à la dis­sua­sion liée au dis­po­si­tif rédhi­bi­toire des machines à voter, pro­blème démo­cra­tique majeur en soi, consti­tuent des fac­teurs d’ex­pli­ca­tion au moins par­tiels, à cette déser­tion élec­to­rale de masse. 

Résul­tats défi­ni­tifs : 26,04 % des ins­crits se sont expri­més, soit 12 790 voix. Sur 55 sièges à pour­voir: Lutz/Rottner (Divers droite) 33,66 % soit 4 189 voix ; Loïc Mine­ry (Europe Eco­lo­gie-Les Verts et divers gauche) 21,96 % soit 2 733 voix ; Lara Mil­lion (Divers centre) 20,14 % soit 2 506 voix ; Chris­telle Ritz (Ras­sem­ble­ment Natio­nal) 12,08 % soit 1 503 voix ; Fati­ma Jenn (Divers centre) 7,94 % soit 988 voix ; Romain Spi­na­li (Divers centre) 2,35 % soit 293 voix ; Julien Wos­tyn (Extrême gauche) 1,86 % soit 232 voix. 

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .

Print Friendly, PDF & Email