En photo, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne

Source: quotidien “Il fatto quotidiano” – Traduction de l’italien par nos soins

Un appel conjoint d’économistes et d’intellectuels italiens et allemands, mais aussi une lettre publiée par Die Zeit signée par des intellectuels, des artistes, des politiciens et des économistes, parmi lesquels Jürgen Habermas se démarque. Après le choc presque sans précédent entre Giuseppe Conte et Angela Merkel, symbole d’une Europe qui s’est à nouveau divisée entre le nord rigoriste et l’axe Italie-France-Espagne, un front italo-allemand tout aussi sans précédent se forme en soutien aux coronabondet plus généralement d’une plus grande solidarité européenne.

Des initiatives qui arrivent au moment même où nous voyons les premiers éclaircissements dans les négociations entre les chancelleries pour développer un ensemble d’outils capable de faire face au défi historique du coronavirus.

Appel conjoint

Des anciens ministres Fabrizio Barca, Emma Bonino et Enrico Giovannini aux anciens premiers ministres Enrico Letta et Mario Monti, en passant par les économistes Tito Boeri, Carlo Cottarelli et Guido Tabellini, des acteurs et professionnels. Avec eux, depuis l’Allemagne, les économistes qui avaient signé il y a dix jours un appel aux euro-obligations (de Marcel Fratzscher à Gabriel Felbermayr) mais aussi de nombreux autres universitaires, intellectuels et professionnels allemands.

Ils sont les 82 signataires d’un appel conjoint aux gouvernements de tous les États membres de l’Union européenne et aux institutions de l’UE: ils demandent “la solidarité européenne maintenant” – titre de leur pétition – sous la forme d’une ouverture par le mécanisme européen de stabilité Mes d’une “ligne de crédit santé” sans autres conditions et de l’émission “d’obligations santé européennes”. L’initiative de ce nouveau front italo-allemand est promue par les parlementaires verts allemands Alexandra Geese, Sven Giegold et Franziska Brantner.

Si le Nord n’aide pas le Sud, il ne se perdra pas seulement lui-même, mais aussi l’Europe“. Ainsi est formulée l’interpellation de ces intellectuels, politiciens et économistes allemands dans un appel publié dans Die Zeit, en faveur des Coronabonds et d’un fonds européen sur le coronavirus. Un texte signé par Peter Bofinger, Dany Cohn-Bendit, Joschka Fischer, Rainer Forst, Marcel Fratzscher, Ulrike Gurot, Juergen Habermas, Axel Honneth, Eva Menasse, Julian Nida-Rumelin, Volker Schlooendorff, Peter Schneider, Simon Strauss, Margarethe von Trotta .

“Il nous est difficile de comprendre pourquoi le chancelier et le vice-chancelier ont de si grandes réserves sur les mesures si nécessaires à la solidarité et à la stabilité européennes”, écrivent-ils dans leur lettre. Les coronabonds proposés par les intellectuels allemands ne doivent pas être confondus “avec le modèle des euro-obligations proposé comme solution à la crise de l’euro au cours de la période 2010-2012”. “Dans le cas des coronabonds – écrivent-ils – les dettes actuelles et émergentes des prochains mois devraient être assumées conjointement. Il s’agit d’une mesure temporaire qui permettrait à l’Italie et à d’autres pays menacés de survivre à la crise et aux conséquences politiques et économiques “.

Une de Bild

Dans le différend sur les coronabonds, de nombreux auteurs et professeurs allemands avaient déjà évoqué dans une autre lettre ouverte publiée hier dans la Sueddeutsche Zeitung que “les pays de l’Union européenne – même dans le seul intérêt allemand – doivent agir ensemble le plus économiquement possible dans la solidarité et se protéger”. Les signataires de la lettre sont Frank Schätzing, Sibylle Berg, Claus Leggewie et Sibylle Lewitscharoff. Ils y demandent explicitement au gouvernement fédéral de Merkel de soutenir les demandes de l’Italie pour le prochain sommet de l’UE.

A 2 jours d’une entrevue du premier ministre Conte sur la chaine, le tabloïd le plus vendu outre-Rhin, Bild, mène une campagne de soutien en allemand et italien, en titrant: “vous nous avez aidés à repartir, nous sommes avec vous”.

Sur le plan de la santé, il existe “des exemples importants et encourageants de solidarité européenne, il suffit de penser aux patients italiens dont les vies sont sauvées dans les hôpitaux saxons, à Cologne et à Berlin” . Mais maintenant, la solidarité est également nécessaire sur le plan économique, indique l’appel conjoint.

Pour cela, écrivent-ils: “nous demandons à nos gouvernements de surmonter les anciens schémas de division en Europe et dans la zone euro. Nous devons fournir une assistance médicale d’urgence en prenant soin des patients des pays particulièrement touchés et dans les limites de leurs propres capacités d’hébergement. Nous devons coordonner au niveau européen la production et la distribution d’appareils de protection, tels que les masques, les vêtements et les désinfectants, ainsi que les respirateurs, les produits pharmaceutiques et les tests, afin qu’ils puissent être utilisés là où ils sont le plus urgemment nécessaires “.

Le bouclier de protection financière pour l’Europe: du MES (mécanisme européen de stabilité financière) sans conditions … – Mais pas seulement: “un bouclier de protection financière complet pour l’Europe et la zone euro est nécessaire”. Après le lancement du maxi plan d’achat d’obligations d’État par la BCE, afin de garantir à tous les États membres «un accès fiable et à long terme à des prêts à faible taux d’intérêt», on espère que «l’ouverture immédiate d’une ligne de crédit sanitaire dans le MES, avec des conditions d’octroi de crédit garantissant que les fonds accordés seront utilisés dans des catégories clairement définies de programmes de santé, sans autre condition imposée “. Comme l’a demandé hier le Premier ministre Giuseppe Conte.

… Aux obligations européennes en matière de santé – À côté des 410 milliards du MES, cependant, “un partage des charges est nécessaire, car la crise actuelle attaque simultanément tous les pays, dont aucun ne peut être imputé à de mauvaises décisions de politique économique ou fiscale prises dans le passé; mais au contraire, la situation de crise à laquelle ils sont confrontés est causée par cette terrible pandémie. Étant donné que nous avons tous été victimes de la crise ensemble, nous ne pourrons sortir ensemble que positivement. Il est donc nécessaire de partager la charge, car certains pays risqueraient autrement de ne pas pouvoir consacrer suffisamment de ressources financières aux soins de santé et à une reprise rapide des activités économiques. Cela serait non seulement préjudiciable à ces pays, mais pourrait créer une situation à risque pour l’ensemble du marché intérieur. Nous espérons donc l’émission d’obligations de santé européennes (titres de créance européens en faveur de la santé) qui ont un objectif commun, clair, défini et sous-jacent à des lignes directrices fixées conjointement “

Puis un plan de relance basé sur la transition verte et la transformation numérique – Plus tard dans le temps «les mesures nécessaires pour retrouver un fonctionnement normal de nos sociétés et de nos économies, avec un rythme de développement économique durable, et intégrant, entre autre, la transition verte, la transformation numérique et le fait de tirer toutes les leçons de cette crise. Cela nécessitera une stratégie de sortie coordonnée, un plan de relance mondial et une quantité de fonds jamais investie auparavant”.

La demande est que le président de la Commission et le président du Conseil européen, en collaboration avec le Parlement européen et en consultation avec les autres institutions, en particulier la Banque centrale européenne, commencent immédiatement à élaborer un plan d’action à partir de ces prémisses.

Print Friendly, PDF & Email