Comme annon­cé dans notre billet du 12 juin, des soi­gnant-es (méde­cins, infir­mières et aides soi­gnant-es) se sont ras­sem­blés dans le cadre d’un appel natio­nal des orga­ni­sa­tions syn­di­cales AMUF, SNIP CFE-CGC, CGT, FO, SUD et UNSA, des col­lec­tifs Inter Urgences, Inter Hôpi­taux, du prin­temps de la psy­chia­trie et de la Coor­di­na­tion Natio­nale des comi­tés de défense des Hôpi­taux et des Mater­ni­tés de proximité. 

Près de 3000 mani­fes­tants se sont ras­sem­blés sur la Place de la Réunion, ce mar­di à par­tir de 14h, afin de récla­mer des moyens pour leurs établissements. 

Une longue séquence d’applaudissements durant plu­sieurs minutes a ouvert le ras­sem­ble­ment. Les badauds pré­sents sur la place se joi­gnant spon­ta­né­ment au mouvement. 

On remar­quait notam­ment quelques ban­de­roles affi­chant « Pou­voir prendre soin » et « c’est bien beau d’ap­plau­dir, il faut main­te­nant agir », ou dénon­çant les condi­tions de tra­vail dans les EHPAD, alors que le per­son­nel de l’EH­PAD de Pfas­tatt, géré par le groupe Korian, s’est mis en grève ce matin à 10h. 

La prime de 1500 euros maxi­mum pro­mise par le pre­mier ministre au per­son­nel soi­gnant étant jugé insuf­fi­sante, au regard du gel du point d’in­dice des fonc­tion­naires, et de la disette bud­gé­taire dans laquelle est notoi­re­ment pla­cée l’hôpital public. 

Alors que le ras­sem­ble­ment était ini­tia­le­ment pré­vu pour être sta­tique, les mani­fes­tants ont fina­le­ment choi­si d’i­ni­tier un défi­lé dans les rues de la ville, à par­tir de 14h30. 

L’ar­ticle plus exhaus­tif de Michel Mul­ler est à lire ici

Quelques séquences vidéo:

Et une gale­rie de photos :

Print Friendly, PDF & Email