3.000 manifestants au bas mot ! La place de la Réunion à Mulhouse était bien remplie au point où ce que devait être un rassemblement statique, s’est transformé en manifestation dans les rues de la cité du Bollwerk. Les manifestants applaudissaient, rejoints par les nombreux badauds et commerçants qui se mêlaient aux congratulations…

Pas de médaille…

Les slogans fleuraient bon la solide revendication pour l’hôpital, reprenant les demandes déjà fortement exprimées, dans le silence général, avant la crise du Covid. Les personnels du service public étaient rejoints par ceux du privé et on pouvait reconnaître dans les vêtements professionnels des manifestants que tous les services hospitaliers étaient présents. Même les sapeurs-pompiers, des ambulanciers, étaient de la partie…

Les annonces du Président de la République et de ses affidés étaient systématiquement tournées en ridicules : les salariés de l’hôpital ne demandent pas l’aumône ou une médaille, mais des moyens, des lits supplémentaires, de meilleurs salaires…

Ceux qui applaudissaient…

Les soignants avaient averti : « Vous qui nous avez applaudis chaque jour à 20 h, venez avec nous lors de cette manifestation pour que le gouvernement vous entende au-delà des expressions de solidarité ». Appel entendu : de nombreux citoyens avaient rejoint les manifestants. Néanmoins où étaient toutes ces corporations qui, il y a quelques mois encore, étaient mobilisées contre la réforme des retraites ? Les cheminots du syndicat Sud étaient bien présents, mais bien seuls… Certes, cela n’a pas amoindri la formidable mobilisation des personnels soignants et de leurs soutiens, mais le jour où l’ensemble des mécontentements trouveront une expression unitaire et commune est encore à construire.

Les responsables politiques présents

Pour ma part, j’en ai vu deux. Le premier, dans l’ordre d’apparition dans la manif, était le député macroniste (bien que Modem) Bruno Fuchs. Accueil chaud mais pas chaleureux ! Interpellé, houspillé par des manifestants, il s’expliqua comme il pouvait. Il disparut alors, ne manifestant pas : sa mission était apparemment terminée, elle consistait à se faire voir… Il y a des élections dans deux semaines…

L’autre délégation, celle de Mulhouse Cause Commune, emmenée par Loïc Minéry et Nadia El Hajjaji, fut plus discrète. Participant à la manifestation d’une manière très anonyme, pas toujours reconnaissable derrière leurs masques sanitaires, les deux personnalités étaient présentes comme elles le furent dans beaucoup d’autres manifestations sociales.

Deux démarches politiques que nous vous laissons apprécier à leur juste valeur.

D’autres mobilisation en vue

Les manifestants n’attendaient visiblement pas grand-chose, pour l’instant, du raout que le gouvernement organise et appelé le « Ségur de la Santé », du nom du boulevard Ségur où se trouve le Ministère de la Santé. Censé faire des propositions pour une nouvelle politique de la Santé dans notre pays, cette énième conférence sur le sujet ressemble fortement à une opération de com du gouvernement. Car chacun sait les revendications des personnels, tout le monde connaît les problèmes que rencontrent les hôpitaux et cliniques : inutile de refaire d’interminables réunions sur le sujet. Il suffit de prendre des actes, par exemple cesser le plan Santé que les gouvernements successifs ont mis en œuvre et qui a conduit à supprimer des centaines de milliers de lits pour des raisons de stricte rentabilité. Et il suffira d’augmenter les salaires de l’ensemble des personnels de 300 euros, et l’affaire sera réglée.

En tout cas, il était difficile de trouver un ou une manifestant-e qui affichait beaucoup d’espoir sur les effets du « Ségur de la Santé » … Et tous de se donner rendez-vous pour une nouvelle mobilisation le plus rapidement possible.

Une galerie de photos :

Des photos et vidéos de la manifestation sont disponibles dans cet autre article.

Print Friendly, PDF & Email