Dans les vil­lages, dans les val­lées du mas­sif se déve­loppent des ini­tia­tives à  l’ap­pel d’un col­lec­tif pour la quié­tude et la sécu­ri­té dans les Vosges.

Après le pique-nique pro­tes­ta­taire du 19 juillet au col de la Schlucht, l’ap­pel du Col­lec­tif à pour­suivre l’ac­tion ce dimanche 30 août, notam­ment à Sewen, Bour­bach – le Haut, au Bal­lon d’Al­sace, mobi­li­sait les citoyens autour d’un pique-nique (plu­vieux…) pour accen­tuer la pres­sion sur les auto­ri­tés poli­tiques et admi­nis­tra­tives afin que vitesse et bruit soient réduits.

« Motos et auto­mo­biles ne font pas bon ménage avec le calme néces­saire au res­pect de la nature »? dit un de leurs documents.

Maires, conseillers muni­ci­paux, conseillers dépar­te­men­taux, dis­posent pour­tant des pou­voirs néces­saires pour l’a­mé­na­ge­ment des voi­ries, les réduc­tions de vitesse, des fer­me­tures de tron­çons, l’ins­tal­la­tion de dis­po­si­tifs afin de réduire vitesse et bruit.

Le Pré­fet a éga­le­ment com­pé­tence dans ce domaine, sans oublier les élus nationaux.

Encore faut-il le vouloir !

Les habi­tants des vil­lages ont visi­ble­ment épui­sé leur patience et les réponses dila­toires obte­nues ne les satis­font plus.

Leur mes­sage est clair : le mas­sif vos­gien n’est pas un ter­rain de jeu arti­fi­ciel et les routes ne sont pas un cir­cuit de vitesse… Que les conduc­teurs de véhi­cules à deux ou quatre roues veuillent bien le com­prendre et les auto­ri­tés publiques aussi !

Le ras­sem­ble­ment orga­ni­sé à la sor­tie du vil­lage à Sewen, sur la route du Bal­lon, était modeste – pluie oblige – mais les conduc­teurs indé­li­cats voyaient bran­dies des pan­cartes de rap­pel à la rai­son par les par­ti­ci­pants au pique – nique. D’autres pan­cartes les atten­daient plus haut vers le sommet.

Dans la val­lée de la Dol­ler et jus­qu’au Bal­lon, comme dans tout le mas­sif, devraient donc se mul­ti­plier des ini­tia­tives pour le calme et le res­pect de la nature jus­qu’à ce que cesse l’i­nac­tion récur­rente des auto­ri­tés publiques cesse.

Une péti­tion sur le sujet 

Print Friendly, PDF & Email