Le col­lec­tif « Mul­house Accuse », consti­tué contre la « fal­si­fi­ca­tion de l’His­toire » mise en oeuvre par Eric Zem­mour, can­di­dat à la Pré­si­den­tielle de 2022, par­ti­cu­liè­re­ment à l’endroit du Capi­taine Drey­fus, orga­ni­sait le 23 mai une soi­rée débat inti­tu­lée « Les inéga­li­tés des­truc­tives de la République ».

L’historienne Marie-Claire Vitoux y trai­tait du trip­tyque répu­bli­cain « liber­té, éga­li­té, fra­ter­ni­té », et notam­ment de ce que l’é­ga­li­té fut ins­crite dans le droit en 1789, puis récla­mée par des conju­rés de « la par­faite éga­li­té » et du « bon­heur com­mun », sous la férule de Grac­chus Babeuf, quelques années plus tard. 

Si les inéga­li­tés n’ont jamais dis­pa­ru, en dépit des ten­ta­tives éga­li­ta­ristes à carac­tère révo­lu­tion­naire lors de ce 18ème siècle, elles se sont accrues dra­ma­ti­que­ment, au point de mena­cer les équi­libres démo­cra­tiques, de fomen­ter des régimes poli­tiques (dits « illi­bé­raux ») qui nour­rissent un vif scep­ti­cisme à l’en­droit de cette forme d’organisation poli­tique, y com­pris au sein de l’U­nion Européenne. 

A la faveur des coups de bou­toir menés par l’extrême-droite dans le champ poli­tique, la ques­tion sociale est désor­mais l’ob­jet d’une eth­ni­ci­sa­tion for­ce­née dans le dis­cours poli­tique national. 

Marie-Claire Vitoux l’affirme sans ambages : « Il faut assu­rer la repo­li­ti­sa­tion de la ques­tion sociale ». Le sys­tème capi­ta­liste étant le prin­ci­pal vec­teur d’i­né­ga­li­tés, rai­son pour laquelle l’É­tat doit renouer avec une fonc­tion pla­ni­fi­ca­trice et redistributive. 

Ray­mond Koh­ler, direc­teur de l’as­so­cia­tion Accès68, est inter­ve­nu sur le thème : « Com­ment être citoyen quand on est dans la sur­vie per­ma­nente ? ».

Au cours de cette soi­rée, le col­lec­tif a éga­le­ment pré­sen­té une car­to­gra­phie ana­ly­sant la typo­lo­gie des votes à Mulhouse. 

Par­ti­ci­paient éga­le­ment à cette soi­rée Pierre Frey­bur­ger, ancien 1er adjoint au maire, et Gérard Moine, pré­sident de la Ligue des droits de l’Homme Mulhouse. 

Notre pre­neur de son a pu enre­gis­trer l’es­sen­tiel de la soi­rée, à l’ex­cep­tion tou­te­fois des pre­mières minutes, notam­ment du petit film docu­men­taire d’une durée de 7 minutes, cen­tré sur le sort d’une allo­ca­taire du RSA. Le ren­du audio y est en effet pénible, car chuin­tant et emprunt de réverbérations. 

Ci-des­sous l’en­re­gis­tre­ment de l’es­sen­tiel de la soirée :

A NOTER : Mme Vitoux a illus­tré son pro­pos par quelques cartes géo­po­li­tiques. Elles sont repro­duites après la gale­rie pho­to de Mar­tin Wil­helm. Nous allons leur consa­crer d’i­ci un ou deux jours un article en particulier. 


Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .

Print Friendly, PDF & Email