A l’oc­ca­sion du 125 ème anni­ver­saire du fon­de­ment du mou­ve­ment sio­niste, la ville de Bâle s’est for­te­ment enga­gée dans le sou­tien finan­cier, orga­ni­sa­tion­nel et sécu­ri­taire de mani­fes­ta­tions diverses pour com­mé­mo­rer cet événement.

Les forces mili­taires et poli­cières mobi­li­sées sur une durée de plu­sieurs jours sont com­pa­rables à celles uti­li­sées pour les som­mets de Davos, selon la presse bâloise, et donne une idée de l’im­por­tance de ces célé­bra­tions pour le gou­ver­ne­ment de Bâle.

Ce 28 août des cen­taines de mani­fes­tants venus de nom­breuses villes suisses, d’Al­le­magne et d’Al­sace ont dénon­cé dans la rue la réa­li­té de ce qu’est le sio­nisme aujourd’­hui : le faux-nez d’un régime d’a­par­theid, d’une colo­ni­sa­tion inexo­rable, d’une répres­sion mili­taire et poli­cière, d’at­teintes sys­té­ma­tiques et mas­sives aux droits humains du peuple palestinien.

La condam­na­tion de la poli­tique israé­lienne est de plus en plus par­ta­gée par les opi­nions publiques. Repré­sen­tants onu­siens, orga­ni­sa­tions de défense des droits humains israé­liennes ou inter­na­tio­nales mul­ti­plient rap­ports et constats des exac­tions géné­rées par la poli­tique  pour­sui­vie par Israël.

La diplo­ma­tie fran­çaise ne s’ho­nore pas par son silence assour­dis­sant devant les réa­li­tés les plus sombres de cette poli­tique : arres­ta­tions mas­sives de Pales­ti­niens – enfants com­pris – colo­ni­sa­tion vio­lente, dis­cri­mi­na­tions sur des bases eth­ni­co-reli­gieuses dans tous domaines, silence total devant la pré­sence dans l’ar­mée d’oc­cu­pa­tion de mil­liers de jeunes fran­çais ou fran­co-israé­liens dans le cadre de leur ser­vice mili­taire, pour ne citer que quelques aspects par­mi les plus cho­quants des réa­li­tés  des fon­de­ments idéo­lo­giques tra­duits par l’ac­tuel État israélien.

Nombre d’in­tel­lec­tuels juifs condamnent cette image du sio­nisme qui, au nom du judaïsme, prive les popu­la­tions pales­ti­niennes de leurs droits fon­da­men­taux en Israël, en Cis­jor­da­nie, à Gaza, pour toute la Diaspora. 

Pas un slo­gan qui aurait pu rele­ver de l’an­ti­sé­mi­tisme n’a été enten­du durant cette longue après midi d’ex­pres­sion publique : « Free Pales­tine » et « Viva Pales­tine » étaient les mots d’ordre prin­ci­paux retenus.

L’as­so­cia­tion France Pales­tine Soli­da­ri­té Alsace, avec nombre d’as­so­cia­tions amies suisses et alle­mandes, s’est expri­mée ce 28 août par la pré­sence de ses mili­tants et la lec­ture d’un texte sur la place de l’Hô­tel de ville à Bâle :

Chers cama­rades !

L’Association France Pales­tine Soli­da­ri­té d’Alsace, vous salue en voi­sins et amis.

Nous sommes ici à Bâle, pour faire cause com­mune et pro­tes­ter avec vous tous contre la tenue de la com­mé­mo­ra­tion du 125° anni­ver­saire du pre­mier congrès sio­niste. Mais pour­quoi cette protestation ?

Le 19° siècle et la pre­mière moi­tié du 20° siècle ont été mar­qués par les idéo­lo­gies colo­niales. Elles se fondent sur cette concep­tion qu’il y aurait des civi­li­sa­tions supé­rieures… Ces idéo­lo­gies racistes (dont fait par­tie l’anti-sémitisme) ont été à la base des pires exac­tions que l’humanité ait connues, et ont abou­ti lors de la 2° guerre mon­diale à l’indicible, en par­ti­cu­lier la Shoah

En 1947, face à ces catas­trophes humaines, les pays du monde entier au sein de l’ONU ont pro­cla­mé l’universalité de la Décla­ra­tion des Droits de l’Homme. Elle a été à l’origine de l’émancipation des pays colo­ni­sés… presque par­tout dans le monde.

… sauf au Moyen Orient, où un pays, Israël, qui avec bien­tôt un siècle de retard sur l’évolution de l’Humanité, fait encore de la colo­ni­sa­tion une cause natio­nale.   L’idéologie sio­niste en cours, plonge ain­si 11 mil­lions de pales­ti­niens sous le régime de l’occupation, de la colo­ni­sa­tion, du ban­nis­se­ment des réfu­giés et de l’apartheid…. C’est un véri­table état de guerre per­ma­nent. Un régime qui ne per­dure que grâce à l’impunité que lui accordent les grands pays du Conseil de Sécu­ri­té de l’ONU, prin­ci­pa­le­ment la France, le Royaume Uni et les Etats-Unis.

Nous sommes ici aujourd’hui pour dénon­cer cette idéo­lo­gie rétro­grade et dépassée.

Nous sommes ici pour dire aux auto­ri­tés des pays du conti­nent euro­péen qu’il est temps de faire une éva­lua­tion objec­tive de la situa­tion au Moyen Orient, au regard de la Décla­ra­tion Uni­ver­selle des Droits de l’Homme et du Droit Inter­na­tio­nal… Et sans se lais­ser détour­ner par les mani­pu­la­teurs de mémoire. Le devoir de mémoire de la Shoah est un devoir sacré… qui ne doit pas ser­vir à cou­vrir les crimes d’hier et d’aujourd’hui. 

Si un pays en enva­hit un autre, comme c’est le cas en Ukraine, les pays euro­péens mettent en œuvre des sanc­tions. Le même trai­te­ment doit être appli­qué à l’État d’Israël jusqu’à ce qu’il mette fin à l’occupation des ter­ri­toires pales­ti­niens (Cis Jor­da­nie, Gaza et Jéru­sa­lem Est). Qu’il mette fin au ban­nis­se­ment des réfu­giés. Qu’il abo­lisse les lois de dis­cri­mi­na­tion à l’égard des citoyens non juifs d’Israël. Qu’il recon­naisse l’indépendance de l’État Pales­ti­nien tel qu’il a été admis au sein de l’ONU dans les fron­tières de 48 à 67. Qu’il fasse la paix avec lui, dans le res­pect du Droit inter­na­tio­nal et de la Décla­ra­tion Uni­ver­selle des Droits de l’Homme.

Nos amis pales­ti­niens ne demandent pas plus… mais pas moins. Avec nos amis anti­co­lo­nia­listes israé­liens, nous ne deman­dons pas plus… mais pas moins !

Liber­té, Jus­tice, Ega­li­té sont les seuls mots d’ordre qui peuvent mener à une paix juste et durable.

C.R.

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .

Print Friendly, PDF & Email