À l’appel de quelques par­tis poli­tiques, dont le NPA, le Par­ti com­mu­niste, ain­si que de l’UD CGT, une soixan­taine de per­sonnes se sont retrou­vées jeu­di soir place de la Réunion à Mul­house, afin de sou­te­nir les mou­ve­ments sociaux dans les raf­fi­ne­ries, y dénon­cer les atteintes au droit de grève, et les super­pro­fits déga­gés par les pétroliers. 

Natha­lie Kern, secré­taire de l’Union dépar­te­men­tale CGT du Haut-Rhin, prin­ci­pale cen­trale syn­di­cale impli­quée dans les arrêts de tra­vail, y condam­nait les réqui­si­tions de per­son­nel ordon­nées par le gou­ver­ne­ment :

« Les reven­di­ca­tions des tra­vailleurs de Total et d’Esso-ExxonMobil, en grève pour l’augmentation de leurs  salaires sont légi­times. Ces reven­di­ca­tions, ce com­bat n’est pas seule­ment celui des sala­riés des raf­fi­ne­ries mais c’est aus­si celui de toutes celles et tous ceux qui réclament une véri­table recon­nais­sance de leur force de tra­vail par une aug­men­ta­tion réelle des salaires, indexée sur les hausses des prix ».

Quant au Par­ti com­mu­niste, il dis­tri­buait un tact récla­mant un « ser­vice public de l’énergie ».

Un nou­veau ras­sem­ble­ment mul­hou­sien est pré­vu le mar­di 18 octobre à 16 h, devant la fon­taine de la rue du Sauvage. 

La cen­trale syn­di­cale de Mon­treuil a été quelque peu décriée ces der­niers temps. L’oc­ca­sion pour Michel Mul­ler de reve­nir sur une orga­ni­sa­tion « qui conteste le droit des patrons à assu­rer le bon­heur de leurs sala­riés… » :

Haro sur la CGT ? 

Enfin on a trou­vé le res­pon­sable de tous nos maux ! C’est évi­dem­ment la CGT, au ser­vice du Par­ti Com­mu­niste (ou bien serait-ce de la NUPES ?), bref aux ordres des fau­teurs de troubles qui sont à l’origine du mécon­ten­te­ment, de la mobi­li­sa­tion, des actions de grève, du manque de car­bu­rant, de la hausse des prix, de l’arthrite de ma grand-mère… sans par­ler de la guerre en Ukraine…

Quoi, vous ose­riez objec­ter que l’économie capi­ta­liste génère des inéga­li­tés crois­santes, que cela fait un désordre sans nom sur toute la Terre bap­ti­sé « Mon­dia­li­sa­tion heu­reuse », à une res­pon­sa­bi­li­té dans le mécon­ten­te­ment généralisé ?

Et vous pré­ten­driez que le gou­ver­ne­ment Macron, comme celui de Hol­lande, amé­lio­rant le droit social pour aider les chô­meurs en liqui­dant leurs droits, comme il va le faire pour la retraite, aurait quoi que ce soit à voir avec le déchai­ne­ment de ces hordes d’individus voci­fé­rant dans la rue et pre­nant le monde entier en otage en les pri­vant de carburant ?

Et qu’en outre, la presse serait aux ordres du pou­voir éco­no­mique et poli­tique et ne ren­drait pas compte objec­ti­ve­ment des faits et gestes de ces nui­sibles de la socié­té que sont les acti­vistes de la CGT, pouah…

C’est le jour­nal bien neutre « Valeurs actuelles », aima­ble­ment relayé par les édi­to­ria­listes com­pé­tents et objec­tifs prê­chant la vraie véri­té chaque jour sur les chaînes d’information qui se donnent un mal de fou pour nous infor­mer et nous édu­quer qui men­ti­raient au sujet de cette orga­ni­sa­tion néfaste pour les affaires et le pays qu’est la CGT ?

Vous contes­te­riez que les forces de l’ordre ne veulent que votre bien quand elles éborgnent quelques dizaines d’individus qui se dra­paient d’un Gilet jaune… Ou quand elles mettent ces lycéens et col­lé­giens dans le droit che­min en les fou­tant 24 h en tôle pour leur apprendre la vraie vie et « qui c’est qui commande ».

Je suis même sûr ce vous iriez mani­fes­ter pour qu’on ne puisse pas inter­dire cette orga­ni­sa­tion ter­ro­riste qui conteste le droit des patrons à assu­rer le bon­heur de leurs salariés…

Et vous refu­se­riez donc un monde pai­sible, dans lequel seuls les per­sonnes accep­tant que le monde ne change pas car il est inchan­geable et le capi­ta­lisme immuable, pour­ront heu­reu­se­ment coexister…

Et bien vous êtes, soit un imbé­cile, soit un com­plo­tiste… Il fau­dra créer une pla­nète exprès pour vous… et nous l’appellerons Orwell-Land…

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .