Cette ressource est accessible gratuitement pour une période de 10 jours. Pour nous permettre de continuer à vous proposer articles, documentaires, vidéos et podcasts, abonnez-vous à partir de 3 euros seulement !

Cré­dit pho­tos : Mar­tin Wilhelm 

Plus de 300 per­sonnes mani­fes­taient à Mul­house ce same­di contre les vio­lences sexistes et sexuelles, à l’i­ni­tia­tive du col­lec­tif fémi­niste 68, soit près de la moi­tié des rangs alsa­ciens, en tenant compte des mani­fes­tant-e‑s strasbourgeois. 

En cette jour­née inter­na­tio­nale de lutte contre les vio­lences faites aux femmes, les pan­cartes por­taient sur les vio­lences géné­rales et par­ti­cu­lières s’exerçant sur les femmes et per­sonnes se posi­tion­nant en tant que queer.

On pou­vait notam­ment lire : « Soli­da­ri­té avec les polo­naises en lutte pour le droit à l’IVG en Pologne », « Notre fémi­nisme est anti­ra­ciste », « céder n’est pas consen­tir », « la trans­pho­bie tue » ou « Toutes unies contre les vio­lences faites aux femmes », une ban­de­role de tête der­rière laquelle se sont retrou­vées aus­si bien les femmes Ale­vi que quelques per­son­na­li­tés poli­tiques, telles Cécile Sor­nin (majo­ri­té muni­ci­pale) ou Lara Mil­lion (appa­ren­tée Renaissance).