Alors que des prises de posi­tion assez sur­pre­nantes (voir la décla­ra­tion de Pierre Laurent au nom du PCF) saluent l’accord impo­sé par la zone Euro à Alexis Tsi­pras, d’autres réflexions, plus inté­res­santes et plus por­teuses d’avenirs viennent ali­men­ter le débat.

Ain­si, Eric Tous­saint a publié sur le site du Comi­té pour l’annulation de la dette du tiers-monde, des pro­po­si­tions qui ouvrent d’autres pistes :

CADTM – Grèce : des pro­po­si­tions alter­na­tives face à la capi­tu­la­tion de la nuit du 15 au 16 juillet 2015

toussaint

Eric Tous­saint, maître de confé­rences à l’Université de Liège, spé­cia­liste de renom­mée mon­diale sur la ques­tion de la dette, a conduit la com­mis­sion char­gée de faire un audit sur la dette grecque à la demande de la pré­sident de l’Assemblée natio­nale hellène.

Dans cet article il démontre en onze points qu’il existe des moyens d’actions  pour évi­ter le pire : réqui­si­tion de la banque cen­trale, créa­tion d’une mon­naie élec­tro­nique libel­lée en euro (per­met­tant de res­ter dans la zone euro), taxa­tion des riches, réduc­tion d’impôts pour les bas-reve­nus, poli­tique d’emprunt public avec une volon­té redistributive…

Ces mesures res­tent valables même en cas de sor­tie déci­dée ou impo­sée de la Grèce de l’Euro.

Car contrai­re­ment à ce qui est affir­mé, la Grèce n’est en rien sau­vé par le nou­veau « paquet » d’aides finan­cières pro­mis mais tou­jours pas ver­sé. D’autres échéances de rem­bour­se­ment sont actées en août et en sep­tembre. Comme la Grèce ne pour­ra tou­jours pas payer, il est tout à fait pos­sible qu’un nou­vel acte du « Grexit « se déroule avec de nou­velles exi­gences de conces­sions sociales par les mêmes qui affirment avoir aujourd’hui « sau­vé » la Grèce.

Les réflexions d’Eric Tous­saint viennent fort à pro­pos pour aider le peuple grec à résis­ter aux dik­tats qu’on leur impose… et pré­pa­rer d’autres peuples qui, tôt ou tard, seront confron­tés aux mêmes exigences.

Michel Mul­ler

Print Friendly, PDF & Email