Cré­dit pho­tos : Mar­tin Wilhelm

Une tren­taine de per­sonnes, sala­riés des Ports d’Ottmarsheim, Ile Napo­léon et Huningue ont mani­fes­té, jeu­di 12 jan­vier au matin, devant la CCI, à l’appel de l’intersyndicale des sala­riés des Ports de Mul­house Rhin, aujourd’hui filiale de l’en­tre­prise hel­vète Swiss­ter­mi­nal.

Alors qu’un pré­avis de grève est dépo­sé et court jusqu’au 18 jan­vier, les repré­sen­tants du per­son­nel, reçus par Gil­bert Stimp­flin, pré­sident de la CCI, et lui même issu de la filière, ont fait connaitre leur sen­ti­ment sur leurs condi­tions de tra­vail dégra­dé, notam­ment en matière de sécu­ri­té, le niveau des salaires et ont sou­hai­té obte­nir des assu­rance quant à leur ave­nir professionnel.

Pilo­tés par la CCI jusque juin 2021, les ports flu­viaux du Rhin ont été rache­tés par l’opérateur suisse via un contrat de délé­ga­tion de ser­vice public, de sorte que d’im­por­tantes réor­ga­ni­sa­tions impac­tant le quo­ti­dien pro­fes­sion­nel et le sta­tut des per­son­nels inquiète au plus haut point en interne. 

Au sor­tir de leur entre­vue d’un peu plus d’une heure, les repré­sen­tant syn­di­caux ont indi­qué qu’ils avaient, pour l’es­sen­tiel, été enten­dus par le repré­sen­tant de la chambre de com­merce et d’in­dus­trie de Mul­house, lequel s’est vou­lu ras­su­rant sur la qua­li­té du repreneur. 

Le piquet de grève est tou­te­fois main­te­nu sur les trois sites, et des ras­sem­ble­ments devant la CCI devraient se pour­suivre : les syn­di­ca­listes de l’intersyndicale CGT-FO-Sud atten­dant des mesures concrètes avant de reve­nir sur la grève recon­duc­tible qu’ils comptent mener au moins jus­qu’au 18 janvier. 

Une qua­ran­taine de sala­riés sur les 50 que comptent les trois sites auraient ces­sé le tra­vail. Lio­nel Hus­ser, direc­teur géné­ral de Swiss­ter­mi­nal France, assure que des négo­cia­tions sont tou­jours en cours. Il devait rece­voir une délé­ga­tion syn­di­cale dans l’après-midi. 

Mar­tin Wil­helm a inter­ro­gé le délé­gué syn­di­cal Sud pré­sent sur place :

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .