Rares sont ceux qui osent (se) l’a­vouer : les élec­tions de 2017, plus sûre­ment encore que les pré­cé­dentes, n’a­mè­ne­ront rien de bon. Plus rares encore sont ceux qui pro­posent d’a­gir face aux nou­velles régres­sions qui accom­pa­gne­ront l’ac­crois­se­ment des inéga­li­tés qui se pour­sui­vra. Le col­lec­tif « Pira­tons 2017-Haut-Rhin » fait une ten­ta­tive ori­gi­nale et concrète : il met au défi les can­di­dats de faire leurs preuves ici et main­te­nant. Une façon de s’en prendre au fameux « piège à cons ». 

Des can­di­dats qua­si élus et déjà au travail !

Pour expli­ci­ter sa démarche et pré­co­ni­ser l’ac­tion, « Pira­tons 2017-Haut-Rhin »(1) vient d’in­ter­pel­ler pour l’exemple, par l’in­ter­mé­diaire d’une lettre ouverte(2), un tan­dem can­di­dat à la dépu­ta­tion dans la 5ème cir­cons­crip­tion du dépar­te­ment (qui cor­res­pond à une par­tie de Mul­house et à quelques com­munes voisines).

Il s’a­git de d’O. Becht (sans éti­quette, pre­mier vice-pré­sident de M2A) et B. Groff (UDI, maire de Bruns­tatt-Diden­heim, éga­le­ment vice-pré­si­dente de M2A), qui, il y a quelques mois déjà, ont débu­té une cam­pagne qui s’an­nonce flam­boyante, pleine de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive et d’ar­dentes mises en garde, face, pré­viennent-ils, à « une France et une Europe qui ne sont plus loin du chaos ». Pour parer au plus vite à la catas­trophe, ils se sont déjà mis au tra­vail : figu­rez-vous que des pro­po­si­tions de loi qu’ils sou­met­tront à l’As­sem­blée natio­nale sont déjà prêtes ! On tremble à l’i­dée qu’ils puissent ne pas être élus !… Peu pro­bable, heu­reu­se­ment, puisque, dès l’an­nonce de la can­di­da­ture Becht/Groff en juin der­nier, tous les maires de la 5ème cir­cons­crip­tion – à l’ex­cep­tion d’un seul – leur ont immé­dia­te­ment expri­mé leur soutien.

Un défi et une menace

Nous publions ci-des­sous cette lettre ouverte du col­lec­tif qui sera dépo­sée sur sa page Face­book. De quoi relan­cer le débat ini­tié dans un para­graphe inti­tu­lé « agir au lieu d’é­lire » de l’ar­ticle : Richert, Bier­ry, Strau­mann: un trio de masos aus­té­ri­taires, par­mi d’autres paru en sep­tembre 2016 dans les colonnes de L’Alterpresse68.

La lettre du col­lec­tif « Pira­tons 2017-Haut-Rhin » repro­duite ci-des­sous lance un défi aux can­di­dats : mon­trez-nous donc sans tar­der de quoi vous êtes capables au lieu de nous soû­ler de pro­messes ! Elle contient aus­si une menace (impli­cite, pour l’ins­tant) : si les can­di­dats ne font pas leurs preuves immé­dia­te­ment, le nombre d’ « expri­més » comp­ta­bi­li­sés dans les urnes pour­rait bien dimi­nuer une nou­velle fois.

Une menace qui n’est pas vrai­ment de nature à per­tur­ber les­dits can­di­dats, c’est vrai. Ce qui les déran­ge­rait davan­tage, par contre, c’est que des élec­teurs poten­tiels deviennent sou­dai­ne­ment des acteurs déter­mi­nés. Ce serait là une condi­tion néces­saire pour que la démarche du col­lec­tif « Pira­tons 2017-Haut-Rhin » et d’autres, qui fonc­tion­ne­raient sur les mêmes prin­cipes, aient une cer­taine effi­ca­ci­té. Ce en quoi la démarche pro­po­sée est exi­geante. Pour les can­di­dats, bien sûr. Mais plus encore pour les citoyens, inci­tés à se mobi­li­ser pour que les choses changent.

Pas une mobi­li­sa­tion d’exal­tés de mee­tings à la Macron. Une mobi­li­sa­tion contre l’ordre éta­bli et ses effets désas­treux. C’est beau­coup plus dif­fi­cile à déclen­cher. Au point que cer­tains diront qu’il s’a­git là d’un espoir tota­le­ment dérai­son­nable. Mais est-ce vrai­ment plus dérai­son­nable qu’es­pé­rer une issue posi­tive aux élec­tions de 2017 en l’ab­sence de mou­ve­ment social ?

B. Schaef­fer

Le 12 décembre 2016

La lettre ouverte

Haut-Rhin, le 9 décembre 2016

Lettre ouverte à :

Mr. Oli­vier Becht, can­di­dat à la dépu­ta­tion dans la 5ème cir­cons­crip­tion du Haut-Rhin

et à Mme Ber­na­dette Groff, can­di­date sup­pléante dans la même circonscription.

Madame, Mon­sieur,

La pré­co­ci­té de votre can­di­da­ture aux légis­la­tives de 2017 dans la 5ième cir­cons­crip­tion du Haut-Rhin, ain­si que l’ha­billage démo­cra­tique dont vous l’a­vez affu­blée sou­lèvent bien des ques­tions. Pour évi­ter des débats inter­mi­nables, nous n’en pose­rons qu’une.

Si nous esti­mons – comme vous – que « la situa­tion est grave »(3), il nous semble consé­quem­ment qu’on ne peut plus se conten­ter de mots, pro­messes élec­to­rales et autres pirouettes « par­ti­ci­pa­tives » pour com­battre « les inéga­li­tés qui ne cessent de croître » et pour répondre aux espoirs déçus. Seuls des actes, mis en œuvre ici et main­te­nant, sont de nature à évi­ter « le chaos » que vous avez évo­qué lors de votre confé­rence de presse de juin dernier.

En tant que pre­mier vice-Pré­sident de M2A, vous avez, Mr Becht, contri­bué à la dis­pa­ri­tion de la gra­tui­té des trans­ports sco­laires. En tant que Maire d’une com­mune de M2A, vous avez, Mme Groff, cau­tion­né par votre silence cette régres­sion qui touche pour­tant cer­tains de vos admi­nis­trés. Vous affir­mez tous deux qu’une fois élus vous allez défendre l’in­té­rêt général…

Qu’at­ten­dez-vous alors pour user de votre influence afin d’im­mé­dia­te­ment réta­blir la gra­tui­té des trans­ports sco­laires pour tous les élèves de M2A (4) ?

Faci­le­ment appli­cable, cette mesure aurait une por­tée sym­bo­lique forte, sur­tout si elle était finan­cée au détri­ment des délin­quants ban­caires qui ont escro­qué beau­coup de col­lec­ti­vi­tés locales, dont M2A. Il y aurait là une façon de faire qui mar­que­rait votre volon­té de don­ner véri­ta­ble­ment prio­ri­té à l’in­té­rêt géné­ral plu­tôt qu’à la finance pré­da­trice. De plus, en agis­sant sans tar­der, vous pour­riez retrou­ver une cer­taine cré­di­bi­li­té auprès de vos conci­toyens qui consi­dèrent que l’ac­tion concrète est plus pro­bante que les pro­messes et la délé­ga­tion électorales.

Nous sommes scep­tiques, vous l’a­vez com­pris. Et notre ques­tion prend la forme d’un défi.

Nous vous prions cepen­dant de croire, Madame, Mon­sieur, que nous espé­rons encore qu’il se trou­ve­ra des hommes et des femmes res­pon­sables qui ose­ront faire des choix qui paraissent aujourd’­hui auda­cieux, et ce, sans attendre le « chaos » que vous sem­blez redou­ter comme nous.

Le col­lec­tif « Pira­tons 2017″ – Haut-Rhin

Notes :

  1. Ne pas confondre les col­lec­tifs « Pira­tons 2017 » qui se sont mis en place récem­ment dans plu­sieurs dépar­te­ments et le « Par­ti Pirate » qui existe depuis plu­sieurs années et a déjà pré­sen­té des can­di­dats à diverses élec­tions. Si le col­lec­tif natio­nal « Pira­tons 2017″, éma­na­tion de la péti­tion contre la loi tra­vail, a connu des déboires (à redé­cou­vrir ici dans le para­graphe inti­tu­lé « Agir au lieu d’é­lire »), d’autres ini­tia­tives ont vu le jour. Pour en décou­vrir quelques unes, cli­quez ici. Si vous sou­hai­tez vous asso­cier d’une manière ou d’une autre à l’ac­tion du col­lec­tif « Pira­tons 2017 – Haut-Rhin » vous pou­vez vous adres­ser à la rédac­tion de L’Alterpresse68 (redaction@lalterpresse.info) qui transmettra.
  2. Elle a été remise en mains propres à leur des­ti­na­taires le 9 décembre, dans la salle du conseil M2A dont ils font par­tie, le jour même où le maire de Mul­house a pro­vo­qué un clash dans cette ins­tance qui s’ap­prête à se choi­sir un nou­veau pré­sident… qui ne sera pas le maire de Mulhouse.
  3. Nous citons en ita­liques des pro­pos que vous avez tenus à l’oc­ca­sion de confé­rences de presse.
  4. Une gra­tui­té dont béné­fi­cient actuel­le­ment tous les col­lé­giens du Haut-Rhin qui n’ha­bitent pas dans l’ag­glo­mé­ra­tion mul­hou­sienne ou col­ma­rienne. Une gra­tui­té dont béné­fi­cient – autre exemple – tous les élèves (de l’é­cole élé­men­taire à la ter­mi­nale) de Meurthe-et-Moselle.

Quelques lec­tures utiles :

Trans­port sco­laire : des dingues au volant écra­bouillent la gra­tui­té (sep­tembre 2016)

Richert, Bier­ry, Strau­mann: un trio de masos aus­té­ri­taires, par­mi d’autres (sep­tembre 2016), notam­ment l’a­vant-der­nier para­graphe inti­tu­lé : « Agir au lieu d’é­lire ».

Print Friendly, PDF & Email