Au collectif à peine né, la pugnacité n’attend pas le nombre des engagés.

Doté d’une couleur judicieusement harmonisée entre l’air du temps et celle de Soléa et de ses chers tickets, le CTJ (Collectif Tickets Jaunes) a déjà fait parler de lui dans les colonnes du n° 0 (mars 2019) de la version papier de L’Alterpresse68.

Un petit miracle au conseil communautaire

Une lettre ouverte du CTJ, destinée aux élus de M2A et diffusée en moult circonstances, a été signalée dans les quotidiens locaux. Cette lettre porte l’idée d’une expérimentation longue et immédiate de la gratuité des transports en commun sur le réseau Soléa, assortie de la création simultanée d’un Conseil Mobilités composé d’élus et de citoyens qui la piloterait.

Provoqué par Philippe Duffau (l’élu de Wittenheim a été interviewé par L’Alterpresse68 : la vidéo est ici), un débat sur la gratuité s’est déroulé lors du dernier conseil M2A le 25 février dernier où les élus communautaires avaient sous les yeux la lettre du CTJ distribuée à l’entrée de la salle. Dans cette instance, c’est la première fois qu’un tel débat a lieu. Un petit miracle, effet surprenant d’un péril jaune qui peut bousculer et stimuler les plus assoupis.

Un “comité d’impulsion” pour… plus tard

Mais parler de débat, en l’occurrence, est quand même un peu exagéré. N’osant pas évoquer clairement la question du financement, la plupart des intervenants ont botté en touche en se contentant d’opposer gratuité et qualité du service public. L’un d’eux a tout de même concédé, qu’après tout, l’usage de la voirie est bien gratuite pour les automobilistes… Un autre a pompeusement souligné que la question relève d’un choix “éminemment politique” à effectuer dans un “comité d’impulsion”… plus tard. Une façon d’éviter d’avoir à répondre à la question de la demande de création immédiate du Conseil Mobilités.

Le CTJ n’attend pas

“De gros efforts reste à faire pour inciter à utiliser les transports en commun” a conclu le Président de M2A. Le CTJ n’attend pas. Ces efforts, il les engage tout de suite et organise une opération gratuité dès le samedi 16 mars. Dans un appel lancé sur sa page facebook, il sollicite l’aide de quelques “citoyens volontaires”. La démarche proposée est originale, et oscille entre audace et prudence !