La CGT, Sud-Rail et le Front Social de Mulhouse organisaient le 26 novembre une réunion publique contre les licenciements, la répression, les violences policières et toutes ces procédures pénales et disciplinaires, gardes à vue abusives, prison, qui font que “le militantisme est désormais traité comme un crime“.

80 personnes assistaient à ce meeting où la défense des militant-e-s inquiété-e-s a pris la forme la plus efficace qui soit : celle d’une contribution particulièrement réussie à la mobilisation pour la journée du 5 décembre. Ça vous donnait l’impression d’un climat pré-révolutionnaire, conforté par la description d’un contexte social que des militants, même aguerris, n’ont pas hésité à qualifier d’ “historique“.  A suivre dans les prochaines semaines !

Depuis ce meeting, d’ailleurs, de bonnes nouvelles sont arrivées concernant un des intervenants, militant de Sud Rail.

Vous trouverez ci-dessous quelques portraits rapides et les rendus audio de quelques intervenants, présents lors du meeting:

Mathieu RELIN, Cheminot mulhousien, militant syndicaliste, menacé depuis trois ans par un licenciement abusif que la SNCF poursuit coûte que coûte. De bonnes nouvelles s’annoncent enfin pour lui, car l’inspection du travail a refusé à nouveau son licenciement. La direction de l’ESV TER Rhénan a ainsi décidé de stopper la procédure de radiation à son encontre.

L’intervention de Mathieu Relin:

Eric BEZOU Cheminot, militant syndicaliste, actuellement menacé de licenciement pour s’être agenouillé devant ses cadres en signe de protestation.

L’intervention d’Eric Bezou:

Gaël QUIRANTE (Sud Poste). Postier injustement licencié, réprimé pour son engagement, convoqué à nouveau au tribunal en décembre (ce qui l’a empêché d’être présent au meeting ; il s’est exprimé par téléphone).

L’intervention de Gaël Quirante:

Vincent DUSE, Militant CGT, dans l’usine Peugeot de Mulhouse. Il a décrit la dégradation des conditions de travail et le traitement infligé aux jeunes intérimaires.

L’intervention de Vincent Duse:

Nous aurons l’occasion de revenir prochainement sur d’autres interventions dans les colonnes d’Alterpresse68.

Cet article vous a intéressé ? Alors sachez qu’un journal d’information “gratuit” ne peut pas exister. Sauf s’il était financé par la publicité, ou encore… s’il exploitait vos données personnelles ! En tant que média indépendant d’information locale, sans publicité, nous ne pouvons compter que sur votre don pour poursuivre notre tâche en toute liberté. Merci par avance.

Print Friendly, PDF & Email