La CGT, Sud-Rail et le Front Social de Mul­house orga­ni­saient le 26 novembre une réunion publique contre les licen­cie­ments, la répres­sion, les vio­lences poli­cières et toutes ces pro­cé­dures pénales et dis­ci­pli­naires, gardes à vue abu­sives, pri­son, qui font que « le mili­tan­tisme est désor­mais trai­té comme un crime ».

80 per­sonnes assis­taient à ce mee­ting où la défense des mili­tant-e‑s inquié­té-e‑s a pris la forme la plus effi­cace qui soit : celle d’une contri­bu­tion par­ti­cu­liè­re­ment réus­sie à la mobi­li­sa­tion pour la jour­née du 5 décembre. Ça vous don­nait l’im­pres­sion d’un cli­mat pré-révo­lu­tion­naire, confor­té par la des­crip­tion d’un contexte social que des mili­tants, même aguer­ris, n’ont pas hési­té à qua­li­fier d’ « his­to­rique ».  A suivre dans les pro­chaines semaines !

Depuis ce mee­ting, d’ailleurs, de bonnes nou­velles sont arri­vées concer­nant un des inter­ve­nants, mili­tant de Sud Rail.

Vous trou­ve­rez ci-des­sous quelques por­traits rapides et les ren­dus audio de quelques inter­ve­nants, pré­sents lors du meeting:

Mathieu RELIN, Che­mi­not mul­hou­sien, mili­tant syn­di­ca­liste, mena­cé depuis trois ans par un licen­cie­ment abu­sif que la SNCF pour­suit coûte que coûte. De bonnes nou­velles s’annoncent enfin pour lui, car l’ins­pec­tion du tra­vail a refu­sé à nou­veau son licen­cie­ment. La direc­tion de l’ESV TER Rhé­nan a ain­si déci­dé de stop­per la pro­cé­dure de radia­tion à son encontre. 

L’in­ter­ven­tion de Mathieu Relin: 

Eric BEZOU Che­mi­not, mili­tant syn­di­ca­liste, actuel­le­ment mena­cé de licen­cie­ment pour s’être age­nouillé devant ses cadres en signe de protestation.

L’in­ter­ven­tion d’E­ric Bezou:

Gaël QUIRANTE (Sud Poste). Pos­tier injus­te­ment licen­cié, répri­mé pour son enga­ge­ment, convo­qué à nou­veau au tri­bu­nal en décembre (ce qui l’a empê­ché d’être pré­sent au mee­ting ; il s’est expri­mé par téléphone).

L’in­ter­ven­tion de Gaël Quirante:

Vincent DUSE, Mili­tant CGT, dans l’u­sine Peu­geot de Mul­house. Il a décrit la dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail et le trai­te­ment infli­gé aux jeunes intérimaires.

L’intervention de Vincent Duse:

Nous aurons l’oc­ca­sion de reve­nir pro­chai­ne­ment sur d’autres inter­ven­tions dans les colonnes d’Alterpresse68. 

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .