Contre le nou­veau PLU de Wintzenheim

A Wint­zen­heim, un col­lec­tif com­po­sé de l’ « Asso­cia­tion Tie­fen­bach Envi­ron­ne­ment » et des groupes locaux d’  »Alsace Nature » et des « Amis de la Confé­dé­ra­tion Pay­sanne » mène des actions contre l’ur­ba­ni­sa­tion et l’ar­ti­fi­cia­li­sa­tion des sols, à Col­mar et environs.

Il s’op­pose notam­ment au pro­jet de créa­tion d’une zone d’ac­ti­vi­té au Tie­fen­bach, sur la com­mune de Wint­zen­heim, dont le maire, le 26 juin der­nier, a fait vali­der des modi­fi­ca­tions au PLU (Plan Local d’Ur­ba­nisme) par son conseil muni­ci­pal. Ce nou­veau PLU pré­voit de sacri­fier 22 ha de terres agri­coles dans ce sec­teur situé en cou­ronne de Col­mar pour y créer une zone arti­sa­nale, indus­trielle et commerciale. 

Pour le col­lec­tif, qui dit « Stop au maca­dam et au béton », il y a une solu­tion qui conci­lie­rait intel­li­gem­ment agri­cul­ture et urba­nisme. Il affirme qu’il est pos­sible de « pré­ser­ver notre patri­moine agri­cole, gar­der et pré­ser­ver notre pay­sage, sou­te­nir l’a­gri­cul­ture pay­sanne et locale », et, simul­ta­né­ment, de « conser­ver, valo­ri­ser et den­si­fier les zones indus­trielles déjà exis­tantes ». En réuti­li­sant, par exemple, « Les friches indus­trielles aban­don­nées ».

La solu­tion

Concrè­te­ment, com­ment faire ?

Il se trouve que sur le ban de Wint­zen­heim, il existe une zone d’en­vi­ron 24 ha qui cor­res­pond, d’une part, à l’emprise de l’an­cienne décharge de la ville de Col­mar, dite du « Ligi­bel » et, d’autre part, à une « zone lin­dane », voi­sine, dite du « Logelbach ».

En effet, on les a « gâtés », à Wintzenheim :

- Il y a la pol­lu­tion, qui n’est pas véri­ta­ble­ment connue ni iden­ti­fiée, pro­vo­quée par l’an­cienne décharge de la ville de Col­mar. Pour les res­pon­sables de la com­mune de Wint­zen­heim, rési­gnés, « il n’est pas pos­sible d’envisager une dépol­lu­tion du site, car il est encore dan­ge­reux (…)en phase de pro­duc­tion de Bio­gaz ».

- Il y a aus­si, à proxi­mi­té, la pol­lu­tion pro­vo­quée par les 750 tonnes de lin­dane que l’u­sine chi­mique PCUK de Huningue a déchar­gés en 1966 (voir le n° 2, ver­sion papier, de L’Alterpresse68, à paraître pro­chai­ne­ment. Un numé­ro à ne pas man­quer où figure un dos­sier sur la pro­blé­ma­tique de la réha­bi­li­ta­tion de site pol­lués au lin­dane, dont celui de Wintzenheim). 

La reven­di­ca­tion du col­lec­tif, loin du renon­ce­ment des élus de la com­mune, est claire : il demande la dépol­lu­tion com­plète de ces dépôts toxiques « afin de rendre ce sec­teur d’en­vi­ron 24 ha apte à rece­voir habi­ta­tions, com­merces, entre­prises pour le déve­lop­pe­ment urbain sou­hai­té par la com­mune de Wint­zen­heim ». Il serait ain­si pos­sible de pré­ser­ver par ailleurs l’es­pace natu­rel et agri­cole du Tie­fen­bach que le nou­veau PLU veut détruire.

Une ren­contre pour infor­mer et mobiliser

C’est le same­di 14 sep­tembre à 14h, rue du Tie­fen­bach à Wint­zen­heim, que le col­lec­tif orga­ni­se­ra une ren­contre à l’ombre des « Ceri­siers » (à 150 mètres sur la gauche après le rond point de la Croix Blanche). Cette ren­contre autour d’un café sera l’oc­ca­sion d’in­for­mer et d’é­chan­ger pour mener le plus effi­ca­ce­ment pos­sible ce « com­bat com­mun » pour sau­ver « le patri­moine de nos enfants ».

Pour plus d’in­for­ma­tions ren­dez-vous sur la page Face­book de l’As­so­cia­tion Tie­fen­bach Environnement.

Print Friendly, PDF & Email