L’épidémie qui frappe particulièrement le Haut-Rhin et Mulhouse en particulier a conduit à des mesures drastiques, dont l’une des plus spectaculaires est la fermeture de la totalité des établissements scolaires. D’une manière assez brutale, il faut bien le dire, laissant souvent des parents dans l’embarras pour organiser la prise en charge de leurs enfants.

Mais la mesure est plutôt bien accueillie, le risque de contagion et de maladie étant assez grand pour comprendre la décision.

Pourtant, un établissement de l’enseignement supérieur, comme l’Université de Haute-Alsace (UHA) à Mulhouse (et Colmar sans doute), reste toujours ouvert : beaucoup d’étudiants et de professeurs s’interrogent sur cette anomalie dans le contexte de progression de la maladie.

Des mesures ont été prises : l’interdiction de réunir plus de 50 personnes a été annoncée… mais sans en donner le moyen procédural. N’accepter que 50 étudiants dans un amphithéâtre, cela signifie qu’il faudra dédoubler les cours… Les professeurs en ont-ils les moyens ? Ont-ils été consultés ? Il semble qu’une fois encore, et comme de coutume, le Rectorat et le doyen de l’UHA décident sans se préoccuper de se concerter avec les principaux animateurs de l’Université : professeurs et étudiants…

Et ces « décideurs » ont-ils reçu la garantie que le virus épargnerait l’UHA, et serait un sanctuaire où le risque ne prévaudrait pas ? Serait-ce là une démarche vraiment responsable ? Le maire bicéphale de Mulhouse (Lutz/Rottner), si prompt à sauter sur toute caméra ou micro qui passe dans les parages, aurait-il participé à cette décision ?

Des étudiants de master 1ère année en risque ?

La rédaction de L’Alterpresse68 a pu accéder à un courriel dans lequel une information capitale était diffusée. La Directrice du département des sciences de l’éducation et de la formation y lance l’appel suivant : « Au regard de ce que j’ai appris concernant les étudiants de master 1ère année qui auraient été en contact de très près avec le Covid 19 (Coronavirus), nous vous demandons de rentrer chez vous et d’appliquer les précautions nécessaires et notamment une mise en quarantaine jusqu’au 18/03/2020 inclus et de contacter le 15 au plus vite. Les cours seront soit reportés, soit effectués à distance. »

En clair, il est connu que des étudiants ont été en contact de « très près » avec le virus, et connaissant la rapidité des contagions, l’on est sidéré de constater que ni le rectorat, ni le doyen de l’UHA n’aient eu la moindre réaction à ce jour.

Présents à l’Église Porte ouverte chrétienne de Bourtzwiller ?

On sait que le foyer de contamination premier à Mulhouse fut la fameuse rencontre évangélique dans l’église de la Porte ouverte chrétienne à Bourtzwiller. La contagion y fut telle, que c’est de ce rassemblement d’évangélistes que des foyers secondaires sont apparus dans toute la France, dans les pays voisins et même en Guyane, un des points forts de cette église dans notre pays.

On a pu lire dans la presse régionale, que le pasteur principal de cette « église » est lui-même contaminé ainsi que son fils*. Il y a donc de fortes chances que la quasi-totalité des fidèles présents en ce lieu confiné soient contaminés.

Or, il s’avère qu’une association très active au sein de l’Université, I Love UHA, serait proche de la Porte ouverte. Le président de l’association, Baptiste Habe, est un membre actif de l’église évangélique mulhousienne, dans laquelle il officie notamment comme caméraman, et l’une de ses activités dans l’église serait le montage son des CD après les cultes.

La vice-secrétaire de I Love UHA, Virginie Leone, est également une adepte d’une église évangélique, sans que nous ayons pu identifier à quelle structure elle adhérait, tant les mouvements qui se disent « évangélistes » sont divers. Mais on sait qu’elle est actuellement coordonnatrice sociale Démos.

Démos est une structure qui regroupe des centaines d’enfants dans les écoles et collèges pour un apprentissage musical, en lien avec le Conservatoire de Mulhouse. On espère que Mme Leone n’a pas actuellement de contacts avec ces jeunes !

I Love UHA au service des carences universitaires !

Les buts de cette association au sein de l’Université sont bien connus : du soutien scolaire, des cours de langue française, mais également la culture dans un but d’intégration à destination d’étudiants étrangers, des cours d’anglais, des initiatives sportives…

Ce en quoi elle demeure bien utile, car elle supplée à toutes les carences de l’Institution universitaire, laquelle devrait se préoccuper directement de toutes ces activités au service des étudiants.

C’est peut-être cela qui explique la mansuétude du doyen et la publicité faite à cette association dans la presse locale. Dans l’Alsace du 12 décembre 2019 on pouvait d’ailleurs lire à son sujet : « Encouragés par le doyen de la Fonderie Hocine Sadok, les dispositifs de soutien scolaire, administratif et juridique ont été conçus et développés avec l’aide de toute l’équipe d’I Love UHA et les compétences de Virginie Leone, membre fondateur de l’association et ancienne étudiante en master 2 économie sociale et solidaire spécialité ingénierie de projets de la Fonderie. Aujourd’hui, elle travaille à la mairie de Mulhouse comme coordinatrice sociale (au sein de DEMOS, ndlr) tout en contribuant à certaines activités de I’association. »

Si les liens entre I Love UHA et l’église Porte ouverte Chrétienne de Mulhouse étaient avérés, une question se poserait encore, au-delà de la contamination dont certains de ses dirigeants pourraient être les propagateurs au sein du campus, en conséquence de la fameuse semaine de carême observée par cette organisation.

On pourra en outre légitimement se demander pourquoi l’Université de Haute-Alsace, ainsi que la ville de Mulhouse, confie des activités de formation à une association émanant d’une église évangélique. Et la laïcité dans tout cela ?


  • L’Église est officiellement fondée en 1966 par Jean et Suzanne Peterschmitt à Mulhouse. En 1972, l’Église compte entre 60 et 80 membres. Elle déménage ses locaux à Pfastatt, dans la banlieue de Mulhouse. En 1987, Samuel Peterschmitt succède à son père en tant que pasteur principal de l’église. Cette même année, les locaux sont installés dans un ancien supermarché de Mulhouse, avec une capacité d’accueil de 600 personnes. En 1989, un nouveau local est trouvé à Bourtzwiller (Mulhouse), il peut accueillir 1 500 personnes. En 1995, des travaux ont lieu afin d’agrandir le temple pour une capacité d’accueil de 1 900 places. Ce bâtiment est inauguré par le sous-préfet de Thann, des personnalités politiques comme Francis Hillmeyer, Jo Spiegel, Eric Straumann…
  • En 2005, l’assistance est de 1 500 personnes. En 2015, l’Église fait des travaux d’agrandissement dans son bâtiment pour atteindre une capacité de 2 500 places. En 2017, l’Église compterait 2 200 membres. Des églises partenaires ont été ouvertes à Strasbourg, Reims, Kourou, Draveil (région parisienne), Le Boulou, Cayenne. (source Wikipédia)

Vous jugez utile notre travail d’information ? Sachez qu’un journal “gratuit” ne peut exister dans la durée. Sauf à être financé par la publicité, ou… s’il commercialisait vos données personnelles ! En tant que média indépendant d’information locale, sans publicité, nous ne pouvons compter que sur votre don pour poursuivre notre tâche en toute liberté. Merci par avance.

Print Friendly, PDF & Email