Joseph Siméoni est le seul conseiller municipal communiste de Mulhouse, élu sur la liste Mulhouse Cause Commune (MCC) conduite par Loïc Minéry, arrivée en seconde position après celle du tandem Rottner-Lutz aux dernières élections municipales. Entouré d’Aline Parmentier et d’Agnès Schneider, membre de la direction de la section mulhousienne du PCF, Joseph Siméoni a fait le bilan des premiers mois d’action municipale dans la ville et dans l’agglomération M2A.

Le conseiller municipal d’opposition fait le constat des ravages opérés par l’épidémie du Covid 19 dans la cité haut-rhinoise : le recul de l’emploi et l’augmentation de la pauvreté sont les deux faits saillants de la période.

Tous les emplois créés dans la période d’avant Covid ont disparu depuis : à l’échelle de l’agglomération, 2900 postes de travail ont été supprimés, avec des pertes massives parmi les emplois précaires qui sont estimés à 1.800 ! Rien que Peugeot a liquidé 400 emplois intérimaires.

Le PCF propose de conditionner les aides financières de l’État aux entreprises à des engagements de défense de l’emploi et de l’environnement. L’emploi devrait être au centre du plan de relance gouvernemental qui prévoit de verser des millions aux entreprises sans contreparties : les licenciements devraient être interdits dans ce cadre, estime l’élu communiste. Il appelle à la participation à un rassemblement devant la préfecture du Haut-Rhin le 9 octobre prochain à 16 h 30.

Aline Parmentier rappelle que le Secours Populaire a constaté que plus de 2.200 personnes se sont rajoutés à celles que l’organisation soutient d’habitude… « Les 150.000 euros que la ville versent au Fonds de solidarité est non seulement ridicule mais scandaleux ! » affirme la dirigeante communiste.

Joseph Siméoni rappelle qu’il est intervenu au sein du Conseil municipal sur ce point et que les services de la ville constatent que peu de demandes lui sont parvenues. « Pas étonnant, précise le conseiller, c’est comme pour le RSA, beaucoup de personnes ne font même pas la demande par méconnaissance de leurs droits ». Et de proposer la création d’un Centre communal d’action sociale doté de moyens suffisants.

Il rappelle également que le coût du Covid a été de 3,5 millions d’euros pour la ville de Mulhouse sans aucune compensation versée par l’Etat.

Cette épidémie du Covid devrait conduire les collectivités locales à armer la population pour affronter la situation et aller vers le monde d’après. Le conseiller constate que c’est plutôt l’ancien monde qui se remet en place et propose qu’une vraie politique de gauche porte l’action de sa liste MCC.

L’élu communiste constate que les premiers pas du conseil de M2A ne vont pas dans le bon sens : un discours managérial bien dans l’air du temps caractérisent l’action de l’agglomération. Le traitement infligé à la ville centre par le président du M2A n’est pas acceptable. » Les réformes proposées se font sans concertations avec les élus, ni avec les personnels pourtant concernés par la réorganisation voulue par M. Jordan ». Le choix d’acquérir un bâtiment appelé « Maison des territoires » à Sausheim sera très coûteux à l’achat, pour l’aménagement et l’entretien et ne fait pas partie des attentes de la population.

Joseph Siméoni fait état de son désaccord avec la tête de liste de MCC, Loïc Minéry, d’avoir été candidat au poste de vice-président de l’agglo et d’avoir été élu par des voix issus de la droite. « Cela s’est fait sans concertation et nous avons été très surpris par cette démarche ». Il doute de la capacité d’un vice-président à modifier le cours des choses : la vocation de MCC est avant tout une action d’opposants à des élus dont l’écrasante majorité est classée à droite… Les désaccords affichés seraient essentiellement des questions d’ego…

Est-ce que le germe de la division commence à apparaître au sein de la liste d’opposition ? « Non, nous sommes élus sur un programme et nous nous référons à celui-ci. Notre liste est diverse et cette diversité doit pouvoir s’exprimer. Nous savons bien que la division conduirait à l’échec et nous ne sommes pas dans cette optique… » Et de rappeler que d’autres échéances électorales se profilent en 2021 : la stratégie d’union a permis de gagner un poste de sénateur de gauche dans le Bas-Rhin alors que la division dans le Haut-Rhin a conduit à un échec lors des dernières sénatoriales.

Et Agnès Schneider de rappeler l’engagement des conseillers MCC pour le refus d’installation d’Amazon ainsi que pour la défense des bureaux de postes qui devraient être fermés dans les prochains mois. 3000 signatures ont été récoltées pour le maintien de ce service public.

Joseph Siméoni (dont nous publions un entretien audio ci-après) assume son rôle d’unique élu communiste en considérant qu’il doit être utile à la population en portant la voix de ceux qui souffrent et qui aspirent à des changements de politique dans la ville et dans le pays.

Entretien avec Joseph Simeoni (8’56 minutes)
Print Friendly, PDF & Email