En photo : vue prospective du futur collège

Les personnels du collège Kennedy de Mulhouse continuent à endurer de multiples avanies, notamment liées travaux de rénovation entrepris sur les bâtiments historiques du collège. De ce fait, l’établissement a été délocalisé pour les deux prochaines années et demi dans l’avenue DMC, à proximité du collège Villon.

En dépit de la bonne volonté de la direction, reconnue par les enseignants, les problèmes, parfois graves, se sont enchainés depuis la rentrée, et subsistent encore. de sorte que l’accueil des élèves et personnels ne peut se faire en sécurité ou confort. Citons une fenêtre prête de s’écraser sur un agent en se décrochant, une salle de musique non insonorisée, des salles de classe exposées aux contrastes thermiques, un manque de matériel…

Une visite du CHSCT départemental (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) prévue pour le 6 octobre, a été repoussée au 10 novembre, puis repoussée à nouveau.

La situation parait compréhensible compte tenu les contraintes sanitaires actuelles, mais à propos desquelles les autorités académiques choisissent de fermer les yeux s’agissant du fait d’accueillir au même moment l’ensemble des élèves en classe, malgré l’inefficacité du protocole sanitaire actuel…

L’indignation grandissante du personnel enseignant lui avait valu de déclencher un mouvement de grève la semaine dernière, ainsi que relaté dans notre article.

De ce fait,les personnels réclament l’intervention du CHSCT au sein de l’établissement, et cela dans les plus brefs délais, et réaffirment leur mobilisation et souhait de voir appliqué le principe du dédoublement des classes au collège, tel qu’il a été déjà été autorisé au lycée, dans le but de limiter les risques de contamination entre élèves.

Action « un masque, une chaise et de la distanciation »

L’action menée à l’initiative de la FSU le mardi 10 novembre, Place de la Bourse à Mulhouse, visait précisément à illustrer par l’absurde comment faire rentrer 30 élèves à l’intérieur d’un protocole sanitaire simplement intenable. Autrement dit, comment s’efforcer technocratiquement de placer un carré dans un rond :

Vous jugez utile notre travail d’information ? Sachez qu’un journal “gratuit” ne peut exister dans la durée. Sauf à être financé par la publicité, ou… s’il commercialisait vos données personnelles ! En tant que média indépendant d’information locale, sans publicité, nous ne pouvons compter que sur votre don pour poursuivre notre tâche en toute liberté. Merci par avance.

Print Friendly, PDF & Email