MAJ du 06/12 : il apparait que la motion proposée ici ne devrait pas être étudiée par les conseillers de Mulhouse agglomération avant le 18 janvier 2021, au mieux. Quant à la réunion de M2A prévue le 7 septembre, elle est reportée au 14 décembre…

La coopérative agricole d’Ottmarsheim (CAC) continue de concentrer de nombreuses craintes, découlant du transit et du stockage de grandes quantités d’ammonitrate, ou nitrate d’ammonium, un engrais chimique utilisé massivement dans l’agriculture, dont elle est dépositaire dans ses locaux.

L’histoire est amorcée en 2018 avec l’alerte donnée par un inspecteur d’assurance industrielle. Il révèle que les conditions de stockage de ce produit chimique dans cette coopérative alsacienne sont très inquiétantes.

Notre article du 9 octobre vous en expose la situation plus en détail.

Selon l’enquête menée par le journal « Reporterre », le produit est « peu coûteux à produire et efficace, cet engrais a les faveurs des agriculteurs français. Fabriqué à partir d’ammoniac, il se présente sous la forme d’une poudre blanche ou de granulés. Sans danger tant qu’il est pur et non chauffé, il peut se décomposer à partir de 210 °C, et détonner dans un espace confiné ».

Problème : l’engrais est tragiquement connue pour ses méfaits, En France, Chine et récemment au Liban, et est « géré comme du sable », au sein de la coopérative, selon les termes du rapport dressé par l’inspecteur, chargé des « visites prévention », pour le compte de l’assureur du site.

Depuis lors, devant l’absence de réaction de la part des pouvoirs publics, le « Collectif du 26 septembre Sud-Alsace » a décidé d’interpeller Mulhouse agglomération, dans la perspective de sa prochaine réunion plénière prévue le 7 décembre, sachant qu’Ottmarsheim est membre de M2A depuis le 1er janvier 2017, à la suite de l’application de la loi NOTRe.

Proposant une motion aux conseillers, le collectif y réclame la réalisation d’une « Etude de danger » (EDD) de la part de l’Etat, dans l’optique d’un possible « effet domino » qui résulterait d’une détonation des ammonitrates entreposés par la Coopérative Agricole de Céréales (CAC) d’Ottmarsheim, qui stocke donc ces nitrates d’ammonium destinés à l’épandage agricole.

Jusqu’à présent les études de danger sur la CAC n’ont porté que sur le risque d’explosion des poussières de céréales. Or, comme on le voit bien dans l’image satellite en couverture d’article, le site se trouve à proximité d’un important site chimique de Solvay, ainsi que de Butachimie, premier consommateur en France de gaz naturel.

Par ailleurs, à proximité immédiate de la coopérative, on trouve l’usine chimique de Chalampé à 150 mètres, un stockage d’hydrocarbures à 250 mètres, et un lieu de dépotage des barges de butadiènes à 400 mètres…

Quant à la société Armbruster-Ottmarsheim située à 40 mètres du grand canal d’Alsace, elle stocke 450 tonnes d’ammonitrates à moins de 1.000 mètres du barrage d’Ottmarsheim, et gère un lieu de stockage de 80 000 tonnes d’ammonitrate dans la zone portuaire d’Ottmarsheim, sur le site de Borealis, situé dans la zone d’effet domino des deux autres lieux de stockage…

Vous trouverez l’ensemble des éléments exposés par le collectif auprès des élus communautaires de M2A, dans ce document en ligne.  

Plus que jamais en 2021, si vous jugiez utile notre travail d’information, sachez qu’un journal “gratuit” ne peut exister dans la durée. Sauf à être financé par la publicité, ou… s’il commercialisait vos données personnelles ! En tant que média indépendant d’information locale, sans publicité, nous ne pouvons compter que sur votre générosité pour poursuivre notre tâche en toute liberté. Cliquez ICI et merci par avance pour votre participation.

Print Friendly, PDF & Email