A l’appel de nombreuses organisations politiques et associatives au niveau national, dont la Ligue des droits de l’Homme, le PCF, des écologistes ou le NPA, 200 personnes manifestaient ce matin à Mulhouse, dans le cadre de la marche nationale pour les libertés.

Elles appelaient à se rassembler partout en France ce samedi 12 juin, afin de lutter contre la diffusion et la porosité toujours plus marquée des idées de l’extrême droite dans le discours public.

A l’image des autres 140 manifestations ayant lieu dans le pays, le moins que l’on ait pu constater est le modeste nombre de participants, y compris à Paris. Un état d’indifférence assez frappant et inquiétant, qui peut avoir de multiples facteurs.

A Mulhouse, le point de départ était donné devant la Place de la Liberté à 10h, ou des associations ont pris la parole, avant de suivre un parcours au dentre-ville.

La banderolle de tête affichait “Combattons les discrimninations, le racisme et la répression“. La suivante: “Danger fascisme“.

D’autres manifestants arboraient des affichettes en cartons, frappés du slogan “Ensemble contre l’Etat policier et l’Etat des patrons“.

Les organisateurs constatent depuis plusieurs mois un climat politique et social alarmant, par lequel le fait de s’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit.

Ils dénoncent également le fait que les propos et actes racistes et sexistes au travail et dans la vie se propagent.

Par ailleurs, les attaques contre les libertés et les droits sociaux s’accentuent symétriquement .

Dans ce contexte politique, économique, social et sanitaire, les injustices explosent et génèrent de la misère sociale.

Enfin, et peut-être surtout, des lois liberticides organisent une société autoritaire de surveillance et de contrôle qui empêcheraient d’informer sur des violences policières, stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, et en cible une autre en raison de son activité militante.

Le rassemblement s’est clos devant le square de la Bourse, où diverses organisations syndicales ou associatives sont intervenues publiquement.

La manifestation avait également lieu en Suisse, à Zurich, devant le Consulat Général de France.

Ci-dessous la galerie photographique de notre collaborateur Martin Wilhelm :

Le site national de la marche

Signtaires de l’appel au niveau national :

Syndicats : CGT, FSU, Union syndicale Solidaires, Syndicat des Avocats De France, Syndicat de la Magistrature, UNEF (Union nationale des Étudiants de France), UNL (Union nationale des Lycéens), Fidl, MNL (Mouvement national Lycéen), Solidaires Etudiant-e-s, FSE (Fédération Syndicale Etudiante), l’Alternative, Confédération Paysanne, USP (Union Syndicale de la Psychiatrie), CNT-SO, CGT-Police, Résilience France, SNMPMI (Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile).

Associations et collectifs : Attac, LDH, FCPE, Fondation Copernic, Oxfam, Alternatiba, Amis de la terre, Résilience commune, DAL, CNL (Confédération nationale du Logement), Comité justice pour ibo, Emancipation collective, Rencontre des justices, Coexister, CRAN, SOS Racisme, QNQF (Quartiers nord, Quartiers forts Marseille) , Observatoire National contre l’extrême droite, MRAP, association ViSA, Femmes égalité, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif féministe Les Rosies, Les effronté.e.s, JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) , AFPS, Conseil démocratique Kurde France, FTCR, CRLDHT, UTAC, France Amérique Latine, La Jeune Garde (Lyon, Strasbourg et Paris), Université Ouverte, Unis pour le climat et la biodiversité, collectif Police Contre la Prohibition, Youth For Climate, Changer de Cap, Compagnie Jolie Môme, Mémoire Traumatique et Victimologie, Héro.ïnes95, Union des Femmes Socialistes de Turquie, La Maison des Femmes de Montreuil, CNAJEP, les Francas, Solidarités Asie France, La Maison des Potes, Osons le féminisme, collectif Taubira Pour 2022, Le peuple uni, RAAR (Réseau d’actions contre l’antisémitisme et tous les racismes), Résister aujourd’hui, Etats généraux migrations, France Nature Environnement, Le mouvement pour une Alternative Non-violente, Reporters en Colère, La Fabrique des Mobilités, Carré Géo & Environnement France, La Cimade, Collectif occupation Odéon, Autres Brésils, L’UJFP (Union juive française pour la paix), Association Concordia, Le collectif Enseignant.e.s Pour la Planète, La ligue de l’enseignement, GISTI, CSP75.

Médias : Regards, L’Humanité, Politis, Contretemps, Le Media, Blast, Kedistan, Lyon Insurrection, Bastamag

Organisations politiques : ENSEMBLE !, Génération.s, La France Insoumise, EELV, GDS, Nouveaux Démocrates, NPA, Place Publique, le Parti de Gauche, Nouvelle Donne, les jeunes écologistes, MJCF (Mouvement des Jeunes Communistes), UEC, PEPS, Jeunes Génération.s, Rassemblement Communiste, UCL (Union Communiste Libertaire), PCOF, MdP (Mouvement des progressistes).

Merci de soutenir notre média, et notamment le nouveau projet de version papier en préparation. Rendez-vous ici, ou ici.