Pho­to de Mar­tin Wilhelm

Ce jeu­di, un peu plus de deux cents per­sonnes se sont ras­sem­blées devant les bâti­ments de la direc­tion du Groupe hos­pi­ta­lier de la région de Mul­house et Sud Alsace (GHRMSA), sur le site du Hasen­rain (siège et ancienne mater­ni­té), à l’appel des syn­di­cats CGT, FO et Unsa, afin de dénon­cer la vac­ci­na­tion obli­ga­toire et la sus­pen­sion des contrats de tra­vail qui menace.

Au GHRMSA, c’est près de 40 % des per­son­nels hos­pi­ta­liers qui ne sont pas encore vac­ci­nés, et par­mi eux, 30% des méde­cins, selon les chiffres de la direc­tion. Des chiffres éton­nant par leur ampleur, sur­tout du côté des pra­ti­ciens médicaux. 

La ques­tion des condi­tions ou pos­si­bi­li­tés de « résis­tance » devant l’é­chéance du 15 sep­tembre (en réa­li­té du 15 octobre), se pose par­mi tous les per­son­nels et sou­tiens ras­sem­blés sur le site. 

De mul­tiples repré­sen­tants syn­di­caux issus de dif­fé­rents sec­teurs éco­no­miques, sont venus en sou­tien à la mobi­li­sa­tion, dont cer­tains même depuis le Bas-Rhin, ain­si que quelques gilets jaunes. 

Beau­coup, par­mi les infir­mières et aides-soi­gnantes pré­sentes, s’apprêtent à se vac­ci­ner, en déses­poir de cause. Une cause dont elles ou ils estiment assez mal la por­tée au regard des dis­po­si­tions de loi, selon toute appa­rence, puisque :

  • 1° Les licen­cie­ments sont inter­dits, (de par l’in­ter­pré­ta­tion qu’a faite le Conseil consti­tu­tion­nel de la loi), seule la sus­pen­sion du contrat de tra­vail (et donc du salaire) est per­mise pour l’employeur, ou encore la muta­tion sur un poste sans lien avec le public en main­te­nant salaire et coef­fi­cients professionnels
  • 2° La loi sur le pass sani­taire prend fin le 15 novembre 2021. Dès lors, si elle n’est pas recon­duite (auquel cas il fau­drait alors un aval du Conseil d’État et du Conseil consti­tu­tion­nel), la sus­pen­sion pren­dra fin, et les per­son­nels devront être réintégrés. 

À 15 h, la délé­ga­tion syn­di­cale CGT, FO et UNSA était reçue par la direc­tion du groupe hos­pi­ta­lier, qui leur a confir­mé que le calen­drier fixé par le gou­ver­ne­ment serait « appli­qué ». Qui pou­vait encore en dou­ter, compte tenu le niveau de dure­té du rap­port de force entre­pris par le gouvernement ? 

D’ici le 15 sep­tembre, les per­son­nels non encore vac­ci­nés seront donc reçus par la direc­tion des res­sources humaines pour entre­tien (sachant qu’ils auront jus­qu’au 15 octobre pour rece­voir une pre­mière dose sans en subir de consé­quences).

La direc­tion sou­hai­tant « éva­luer et négo­cier chaque situa­tion ». Notam­ment per­mettre à des per­son­nels d’être réaf­fec­tés le temps que le pass sani­taire prenne fin, d’i­ci le 15 novembre 2021… 

Notre col­la­bo­ra­teur Jean-Jacques Grei­ner vous pro­pose quelques séquences sonores prises sur place, qui ne manquent assu­ré­ment pas de piquant :

Inter­ven­tions des délé­gués syn­di­caux UNSA, FO et CGT 
Inter­ven­tion d’un délé­gué CGT de Peugeot
Meriem, une aide-soignante 

Par ailleurs, vous trou­ve­rez bien sûr ci-des­sous la gale­rie pho­to­gra­phique pro­po­sée par notre ami Mar­tin Wilhelm :

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .