La grave pollution provoquée par des dépôts de lindane dans certaines décharges au cours des années 60 et 70 est camouflée aux yeux des populations concernées depuis des décennies.  Wintzenheim est une des communes haut-rhinoises touchées par ce problème. La société PCUK y a largué 750 tonnes de ce dangereux pesticide en 1966, dans la décharge de Logelbach, à la limite de Colmar, dont un quartier est atteint en sous-sol par le panache de pollution.

Exception dans le département du Haut-Rhin : à Wintzenheim, un collectif s’est constitué pour alerter les riverains, interpeller les autorités administratives et politiques locales et demander une dépollution complète de la zone “lindane PCUK”.

Dépolluez d’abord la zone “lindane PCUK” !

Nous vous avons déjà parlé de ce collectif composé de militant-e-s de la “Confédération Paysanne”, d’ “Alsace Nature” et de l’ “Association Tiefenbach environnement”. Il a organisé le samedi 14 septembre une “rencontre des cerisiers” – la deuxième du genre –  à Wintzenheim sur un terrain agricole du lieu dit “Tiefenbach “que le maire de Wintzenheim voudrait transformer en zone économique après avoir modifié le PLU.

Vous voulez créer une zone économique, Monsieur le Maire ?… Eh bien agissez d’abord pour que soient dépolluées les terres polluées, mais ne sacrifiez pas une fois de plus des terres agricoles ! La revendication de bon sens que porte le collectif soulève une épineuse question dont les autorités espéraient ne plus jamais entendre parler : celle de la zone “lindane PCUK”.

Suite à la “rencontre des cerisiers” du 14 septembre, une pétition est lancée. Elle s’adresse simultanément aux maires de toutes les communes de Colmar agglomération, celui de Wintzenheim en particulier, le député Straumann, la présidente (colmarienne) du département, sans oublier les candidat-e-s potentielles aux prochaines municipales.

Une démarche exemplaire

Aux citoyens, de Colmar et d’ailleurs, de s’en saisir. Pour signer cette pétition, suivre le lien : STOP à la pollution cancérigène de la nappe phréatique à Colmar.

On essaie de nous faire oublier une pollution de plusieurs dizaines d’années et contre laquelle rien n’est fait” soulignent celles et ceux qui l’ont mise en ligne. Ils veulent alerter et mobiliser face à cet “héritage empoisonné pour toute L’Alsace” qui  “met en danger notre santé, notre avenir, notre bien commun, nos eaux potables de consommation“.

Ils ne demandent pas seulement que les autorités et les élus organisent enfin “une communication transparente et honnête de la situation en direction de la population” ; ils insistent également pour que les “autorités locales se saisissent (du) dossier” afin “d’aboutir à la dépollution complète du site  ‘’Lindane PCUK’’.

Puisse la démarche offensive de ce collectif servir d’exemple et permettre de lancer une dynamique. Car d’autres sites sont gravement pollués et menacent la nappe phréatique et notre santé.

Dans l’espoir de soulever un peu l’étouffoir posé sur ces dépotoirs, L’Alterpresse68 va publier ces prochains jours, dans le n°2 de sa version papier, un dossier consacré à cette question. Ne le manquez pas. Il est urgent d’informer et d’agir pour que les (rares) dépollutions complètes déjà réalisées se généralisent.