La cir­cu­la­tion de cer­taines lignes du réseau Soléa (socié­té de trans­ports en com­mun de l’ag­glo­mé­ra­tion mul­hou­sienne déte­nue par Trans­dev et Mul­house agglo­mé­ra­tion -M2A-) sera per­tur­bée entre le jeu­di 2 et le ven­dre­di 3 sep­tembre 2021, en rai­son d’un mou­ve­ment de grève reconductible. 

Les reven­di­ca­tions portent essen­tiel­le­ment sur le niveau des salaires et sur les condi­tions de tra­vail, que les syn­di­cats estiment dégradées. 

L’in­ter­syn­di­cale ne com­prend tou­te­fois pas l’UNSA et la CFE-CGC, qui ne se sont pas asso­ciés au mouvement.

A cette occa­sion, des per­tur­ba­tions sont donc à pré­voir le jeu­di 2 sep­tembre entre 6h30 et 8h30 et le ven­dre­di 3 sep­tembre entre 15h30 et 17h30 sur plu­sieurs lignes du réseau. 

Le site de la direc­tion pré­ci­sant aux usa­gers que la durée se limi­te­rait à « 59 minutes par jour ». 

La CFTC, par­tie pre­nante de l’in­ter­syn­di­cale, « dénonce l’at­ti­tude déplo­rable de la direc­tion de Soléa, qui cou­pée de la réa­li­té pour­suit l’af­fi­chage de son mépris total des agents les plus utiles de l’en­tre­prise ».

Elle se fait plus accu­sa­trice encore : « Cette der­nière n’a rien trou­vée de plus intel­li­gent, ce jour pour ten­ter de cas­ser la grève que de faire conduire des bus pas des agents de maî­trise ».

Pour Force Ouvrière, « l’épuisement, le pour­ris­se­ment seront les plus pré­cieux alliés de la direc­tion ». Le syn­di­cat s’at­ten­dant à un mou­ve­ment dur, car « à ce jour, la direc­tion n’est pas prête à vou­loir ren­trer dans ce pro­ces­sus [de négo­cia­tion]. D’où la néces­si­té de « l’y contraindre ». Et de conclure : « Nous sommes ren­trés en résis­tance ».

Au coeur des prio­ri­tés syn­di­cales, « La ques­tion des salaires du per­son­nel Soléa ». Le com­mu­ni­qué du syn­di­cat ne sau­rait être plus clair : « Pen­dant que les action­naires reçoivent des divi­dendes impor­tantes d’année en année, les sala­riés voient leur niveau de vie bais­ser constam­ment. On se mobi­li­se­ra, pour obte­nir des aug­men­ta­tions décentes pour toutes et tous. Nous n’accepterons pas de perdre de notre pou­voir d’achat ».

Une ques­tion par­ti­cu­liè­re­ment cen­trale et d’ac­tua­li­té, puisque l’in­fla­tion aura connu un rebond spec­ta­cu­laire de 3% pour le seul mois d’aout, du jamais vu depuis 10 ans, favo­ri­sé notam­ment par les pénu­ries géné­ra­li­sées en matières premières. 

D’a­près les syn­di­cats, et après dépouille­ment, 119 sala­riés du trans­por­teur ont l’in­ten­tion de se mettre en grève ce ven­dre­di, sur 580 sala­riés, soit 20 de plus que ce jeudi… 

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .