Le soleil brillait, en cette après-midi du 29 octobre 2021 devant la Pré­fec­ture de Col­mar. Le PCF orga­ni­sait, comme dans toute la France, des ras­sem­ble­ments mili­tants pour lan­cer la cam­pagne de Fabien Rous­sel, le can­di­dat du Par­ti Com­mu­niste pour les pro­chaines élec­tions pré­si­den­tielles. Pour­quoi, dans le Haut-Rhin devant la Préfecture ?

Joseph Siméo­ni, conseiller muni­ci­pal de Mul­house et com­mu­nau­taire de M2A explique :

« Nous sommes là pour pro­tes­ter contre la vie chère, les aug­men­ta­tions de prix, la dimi­nu­tion du pou­voir d’achat. L’augmentation des prix des den­rées ali­men­taires, de l’énergie, du car­bu­rant sont into­lé­rables et pré­ci­pitent des mil­lions de per­sonnes dans la pauvreté.

Le PCF, à tra­vers son can­di­dat, dit halte au racket du prix de l’énergie. Il ne s’agit pas d’attendre l’élection pré­si­den­tielle. Dès main­te­nant, nous exi­geons que des mesures de sou­tien soient prises. Les 100€ pro­mis par le gou­ver­ne­ment ? Une aumône… »

Le res­pon­sable com­mu­niste réclame une aug­men­ta­tion des salaires immé­dia­te­ment, esti­mant que les chiffres affi­chés de la relance éco­no­mique et sur­tout les sommes astro­no­miques des pro­fits, y com­pris pour les entre­prises de l’énergie (Ex. Total) devraient être mobi­li­sés pour aug­men­ter les rémunérations.

Il appelle éga­le­ment à la mobi­li­sa­tion des col­lec­ti­vi­tés locales et ter­ri­to­riales, récla­mant leur inter­ven­tion concrète dans le domaine du pou­voir d’achat. « A l’instar de nom­breuses villes diri­gées par les com­mu­nistes, la Col­lec­ti­vi­té euro­péenne d’Alsace, les muni­ci­pa­li­tés devraient par­ti­ci­per à la lutte contre la pau­vre­té ». Citant des villes comme Somain, dans le Nord-Pas-de-Calais qui verse 350€ aux per­sonnes âgées en proie à des dif­fi­cul­tés finan­cières.  « Car le pou­voir d’achat est la pré­oc­cu­pa­tion N° 1 des Fran­çais actuel­le­ment » conclut-il en dénon­çant éga­le­ment la situa­tion de l’hôpital et du sys­tème de san­té en général.

Nadia Peter, conseillère muni­ci­pale de Pfas­tatt et membre de la direc­tion dépar­te­men­tale du PCF fait part des prin­ci­pales demandes du PCF pour affron­ter la crise sociale actuelle.

« Nous deman­dons la rena­tio­na­li­sa­tion de Engie et d’EDF pour reprendre la main sur la pro­duc­tion et la dis­tri­bu­tion de l’énergie… Les moyens finan­ciers ne manquent pas dans notre socié­té : on a vu avec les Pan­do­ra Papers que l’évasion fis­cale se chiffre à 11.300 mil­liards à l’échelle de la planète. »

Elle constate éga­le­ment une situa­tion catas­tro­phique à l’hôpital, par­ti­cu­liè­re­ment à Mul­house. Il y a un pro­fond désar­roi chez le per­son­nel » dit-elle. Pour consta­ter que de vrais déserts médi­caux se déve­loppent dans les territoires.

Jean-Claude Pel­ka, membre de la direc­tion dépar­te­men­tale du PCF rap­pelle que les « retrai­tés n’ont pas eu d’augmentations de leur pen­sion depuis 14 ans » et que dans cette caté­go­rie, la pau­vre­té s’étend éga­le­ment. Tout comme chez les jeunes car « le reve­nu médian des ménages dans cer­tains quar­tiers est de 800€. »

De pro­chains ren­dez-vous sont déjà annon­cés : dès le 29 novembre, place Sta­lin­grad à Paris, le PCF appelle toutes ses Fédé­ra­tions dépar­te­men­tales à par­ti­ci­per à un grand ras­sem­ble­ment autour de Fabien Rous­sel qui rap­pel­le­ra à cette occa­sion, les grands lignes de son pro­gramme pour les présidentielles.

Entre­vue audio de Nadia Peter et Joseph Simeo­ni, par Michel Muller :

Print Friendly, PDF & Email