Pho­to de Mar­tin Wilhelm 

Sur le par­king du maga­sin Decath­lon de Mul­house-Dor­nach, un peu plus de 60 conduc­trices et conduc­teurs s’apprêtaient hier matin à prendre le volant de leur véhi­cule per­son­nel, ou de quelques cam­ping-cars, voire motos, en direc­tion de la capitale.

Le « convoi de la liber­té », ins­pi­ré par l’ac­tion des tru­ckers cana­diens conver­geant vers la capi­tale, Otta­wa, ces der­nières semaines, afin de récla­mer le retour des liber­tés civiles, semble avoir fait quelques émules en Europe, et notam­ment en France. 

Comme on l’en­ten­dra dans nos prises de son, les reven­di­ca­tions des par­ti­ci­pants fran­çais ne portent pas exclu­si­ve­ment sur les res­tric­tions aux liber­tés, mais prennent des tours avoi­si­nant les demandes for­mu­lées il y a de nom­breux mois par le mou­ve­ment des gilets jaunes, en matière de pou­voir d’a­chat et de cher­té de la vie. 

Des soi­gnants sus­pen­dus en rai­son des effets du passe sani­taire et vac­ci­nal accom­pagnent éga­le­ment le convoi. 

Les ani­ma­teurs fran­çais se sont d’a­bord orga­ni­sés sur Face­book, à l’i­mage des pré­pa­ra­tifs du mou­ve­ment des gilets jaunes, mais le réseau social, aujourd’­hui décli­nant, à réso­lu de les en exclure, pré­tex­tant la dif­fu­sion de fausses informations. 

C’est donc essen­tiel­le­ment vers la mes­sa­ge­rie chif­frée « Télé­gram » que la cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion et l’or­ga­ni­sa­tion géné­rale se sera tenue. 

Les par­ti­ci­pants et quelques per­sonnes venues en sou­tien, accom­pa­gnées de quelques gilets jaunes, ont réso­lu de conver­ger dès 7h sur le par­king du maga­sin de sport, dans une ambiance déten­due et bon enfant. 

Cou­ver­tures, mate­las, et vivres occu­paient les espaces de char­ge­ment des véhi­cules, comme on le voit ci-des­sous dans la gale­rie photographique. 

Avant le départ, et pour sti­mu­ler un esprit de convi­via­li­té, des bois­sons chaudes et vien­noi­se­ries étaient dis­tri­buées, avant le départ don­né vers 9h en direc­tion de Stras­bourg, en pas­sant par des val­lées, notam­ment Saint-Ama­rin, puis vers Metz-Nan­cy, avant de ten­ter de gagner la capi­tale, alors que la pré­fec­ture de police pari­sienne a déjà pré­ve­nu qu’elle ne leur per­met­tra pas d’y pénétrer. 

Un second convoi par­tait un peu plus tard en direc­tion du sud-est, en pas­sant par Belfort. 

Tous ne pré­voyaient pas néces­sai­re­ment de rou­ler jus­qu’à Paris, mais sim­ple­ment d’accompagner le convoi un moment. Il est pré­vu de se diri­ger vers Bruxelles après Paris. 

Dans le Bas-Rhin, on comp­tait quelques dizaines de véhi­cules au départ d’Illkirch. 

Les prises de son et pho­to­gra­phies ci-des­sous sont réa­li­sées par notre col­la­bo­ra­teur Mar­tin Wilhelm. 

Échanges avec quelques participants :

Échange avec Eric, un gilet jaune :

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment nos nou­velles édi­tions papier. Ren­dez-vous ici, ou .