Un secré­taire de mai­rie, une conseillère conju­gale et fami­liale, et même un offi­cier de police ! De res­pec­tables retrai­tés, tous trois oppo­sés à l’édification par la socié­té Vin­ci, ogre vorace des métiers de la construc­tion et de la conces­sion, du contour­ne­ment auto­rou­tier de Stras­bourg (GCO). Le fait de l’af­fi­cher sur un pont leur vau­dra de com­pa­raitre le 14 octobre à 8h30 devant le tri­bu­nal de grande ins­tance de Strasbourg. 

Mar­cel Kuhn, Eli­sa­beth Dupeux et Patrick Oudart étaient signa­taires d’une décla­ra­tion de mani­fes­ter dépo­sée le 25 Avril 2019 auprès de la Mai­rie de Mun­dol­sheim. Celle-ci la décla­re­ra inter­dite par arrê­té le 24 avril au soir.

L’ac­tion mili­tante consis­tait à déployer des ban­de­roles sur le pont de la dépar­te­men­tale 263 enjam­bant l’A35 avant Souf­fel­weyer­sheim, afin d’a­ver­tir les auto­mo­bi­listes du dan­ger d’une aug­men­ta­tion mas­sive de la cir­cu­la­tion de camions sur l’A35 dans tout le cou­loir alsa­cien, dans la pers­pec­tive de l’ouverture du GCO.

Jeu­di 25 Avril 2019, à 7h du matin, une dou­zaine de mani­fes­tants se retrou­vaient alors sur le pont situé sur l’A35. Les gen­darmes arri­vés sur place som­mèrent les mani­fes­tants d’é­va­cuer le pont. Ce qu’ils firent, tan­dis que les décla­rants de la mani­fes­ta­tion étaient enten­dus en gen­dar­me­rie de Mundolsheim. 

On appren­dra plus tard que le Pro­cu­reur de la Répu­blique consi­dé­ra qu’il était indis­pen­sable de pour­suivre les dan­ge­reux ban­de­ro­leurs en chef. 

L’arrêté d’in­ter­dic­tion muni­ci­pal à l’ap­pui duquel sur­vint cet effa­rant zèle judi­ciaire, invo­quait, sans rire, un risque de gêne à la cir­cu­la­tion sur la route dépar­te­men­tale et « une atteinte à la vigi­lance des auto­mo­bi­listes de l’A35 en détour­nant leur vigi­lance au volant » !

Et dire qu’on laisse encore les mili­tants anti­nu­cléaires agir impu­né­ment en usant du même mode opé­ra­toire à Mul­house, ain­si que nous le rela­tions il y a quelques jours, au risque de pro­vo­quer une céci­té sou­daine des auto­mo­bi­listes, décou­vrant, éber­lués, que le nucléaire com­porte éga­le­ment son lot de risques indus­triels, de déchets ultimes et de des­truc­tion ter­mi­nale de toute forme de vie !

Une inter­dic­tion simi­laire contre les mili­tants anti-GCO a été signi­fiée le même jour à Ven­den­heim. Mais les orga­ni­sa­teurs de Mun­dol­sheim consi­dé­raient que l’ac­tion ne pou­vait plus être entra­vée, compte tenu l’op­po­si­tion tar­dive de la mai­rie, laquelle déci­sion se trou­vait juri­di­que­ment contes­table, selon l’organisation. 

22 autres opé­ra­tions du même type ont eu lieu le long de ces der­niers mois, sans oppo­si­tion de la part des muni­ci­pa­li­tés concer­nées (à l’ex­cep­tion de Souf­fel­weyer­sheim en mars 2018), entre Stras­bourg et Mulhouse. 

Pour en savoir plus sur le GCO, voyez par exemple la fiche Wiki­pé­dia.

Print Friendly, PDF & Email