Les orga­ni­sa­tions syn­di­cales para­mé­di­cales et médi­cales AMUF, SNIP CFE-CGC, CGT, FO, SUD et UNSA, les col­lec­tifs Inter Urgences, Inter Hôpi­taux, le prin­temps de la psy­chia­trie et la Coor­di­na­tion Natio­nale des comi­tés de défense des Hôpi­taux et des Mater­ni­tés de proxi­mi­té, appellent les per­son­nels et les usager·e·s à se mobi­li­ser le 16 juin pour une jour­née d’action natio­nale d’initiatives et de grève.

Outre la ges­tion de l’a­près covid-19, laquelle a mis à rude épreuve le sys­tème de san­té fran­çais, et expo­sé comme jamais l’é­tat d’a­ban­don des per­son­nels de soin, le contexte natio­nal est celui du « Ségur de la san­té » lan­cé à l’initiative d’Emmanuel Macron, le 25 mai. 

Il s’agit de l’adresse du minis­tère de la San­té, uti­li­sée par méto­ny­mie comme l’é­qui­valent d’un « Gre­nelle », en réfé­rence à l’adresse du minis­tère des affaires sociales où ont été négo­ciés les accords sociaux de l’a­près mai 68. 

L’occasion pour le gou­ver­ne­ment d’annoncer un « plan mas­sif d’investissement et de reva­lo­ri­sa­tion de l’ensemble des carrières ».

Sont récla­més par les mani­fes­tants : « une reva­lo­ri­sa­tion géné­rale des salaires », « un plan de recru­te­ment et de for­ma­tion », et « l’arrêt de toutes les fer­me­tures d’établissements, de ser­vices et de lits ».

Aver­tis­sant dans leur com­mu­ni­qué que « les pro­fes­sion­nels ne se conten­te­ront plus de belles pro­messes et de demies mesures ».

  • A Mul­house, l’i­ni­tia­tive d’Urgences GHR est pré­vue le mar­di 16 juin à 14h, Place de la Réunion, avec pour thème : « Il est temps de remettre de l’Hu­main  au cœur de l’Hôpital ».

En com­plé­ment des reven­di­ca­tions légi­times des orga­ni­sa­tions syn­di­cales et des col­lec­tifs de soi­gnants, il y a lieu de rele­ver pour le GHRMSA les objec­tifs suivants:

– Trans­pa­rence des déci­sions du Conseil de Sur­veillance pré­si­dé par Jean Rott­ner, lequel refuse depuis des mois de four­nir une copie des pro­cès-ver­baux de ses réunions au jour­nal local l’Alterpresse68, en dépit de l’obligation qui lui est faite par une com­mis­sion natio­nale d’accès aux docu­ments administratifs.

– La réou­ver­ture com­plète des hôpi­taux d’Alt­kirch et de Thann

– Le retour à la gra­tui­té du par­king de l’hô­pi­tal Émile Muller

– L’annulation com­plète de la dette du GHRMSA alour­die par les effets d’emprunts toxiques (signa­lés dans le rap­port Bié­mou­ret à l’As­sem­blée Natio­nale en juillet 2015)

  • A Col­mar, la jour­née de mobi­li­sa­tion débu­te­ra à 12h45 devant l’hôpital Pasteur
  • A Gueb­willer, la CGT du centre hos­pi­ta­lier orga­nise un débrayage le mar­di 16 juin et invite les sala­riés à se ras­sem­bler de 14h à 16h devant l’hôpital.

Par ailleurs, un appel à agir contre la réin­toxi­ca­tion du monde le 17 juin est lan­cé loca­le­ment (ain­si qu’il l’est à l’é­chelle natio­nale) à l’initiative de divers signa­taires asso­cia­tifs, comme Attac 68, Europe Eco­lo­gie, Génération.s, Mul­house insou­mise, et la Mai­son de la citoyen­ne­té mon­diale, notamment. 

Il s’a­git de déter­mi­ner loca­le­ment les sec­teurs qui semblent le plus évi­dem­ment toxiques : cimen­te­ries, usines de pes­ti­cides, pro­duc­tions de gaz et gre­nades de la police, indus­trie aéro­nau­tique, publi­ci­taire, construc­tion de pla­te­formes Ama­zon ou autres sur des terres arables, uni­tés d’é­le­vage inten­sif, ins­tal­la­tion de nou­velles antennes 5G, des­truc­tions de forêts et prai­ries en cours.

Si l’ap­pel vise à se défaire de cer­tains pans du monde mar­chand et à répondre aux besoins fon­da­men­taux de la popu­la­tion, il sug­gère aus­si d’a­gir concrè­te­ment et loca­le­ment, par exemple, contre l’im­plan­ta­tion d’A­ma­zon à Dam­bach, et pour la dés­in­toxi­ca­tion de nos sols par l’ex­trac­tion de tous les déchets enfouis à Sto­ca­mine, ain­si que du pes­ti­cide lin­dane qui pol­lue gra­ve­ment plu­sieurs endroits de la région.

Pour en savoir plus sur le 17 juin : https://17juin.noblogs.org.

Print Friendly, PDF & Email