A Strasbourg, la manifestation contre la loi “sécurité globale” compta plus de 2000 personnes, ce 28 novembre. Elle fut semble-t-il menée par des militants politiques, lycéens et enseignants, enfin journalistes, notamment soucieux des libertés publiques, et opposés à l’article 24, relatif à l’usage restrictif des images concernant la police. Un article d’ailleurs toujours objet de tractations entre le gouvernement et l’Assemblée Nationale.

Le défilé mulhousien a fait valoir sa différence, comme il en est presque toujours. Rassemblant 300 à 400 personnes, il fut également plus hétéroclite que son homologue strasbourgeois.

Entre ceux qui dénonçaient le virus de la peur, l’impunité policière, l’usage des masques, la présence de gilets jaunes, quelques syndicalistes, une poignée d’antinucléaires, des militants de ANC-COP21, ou ceux hostiles à la dette, d’autres qui articulent la lutte pour le principe de liberté et la fraternisation avec la police, on pouvait largement garnir son cabas dans ce marché idéologique un peu fourre-tout, dont le départ était donné… au marché de Mulhouse !

Le paroxysme étant atteint avec les brochures en papier glacé diffusées par la “Red family“, groupuscule inconnu jusque là, mais dont l’animateur s’adresse à ses ouailles, en voix off sur internet, depuis un réseau social russe, les enjoignant à diffuser la bible du moment. Ces marchands de Vérité d’un nouveau genre brassent des thématiques circulaires et complotistes : les scandales sanitaires, dont une “fausse épidémie mortelle”, mais aussi la vaccination par puce intradermique, la cause du foetus “qui est une personne“, alors que ceux-ci “sont utilisés dans l’alimentation“…

Le rassemblement se conclura par une prise de parole, essentiellement consacrée à la politique sanitaire, devant le bâtiment de la sous-préfecture, tandis que quelques participants tenteront vainement d’inciter les manifestants à se rendre (à nouveau) devant la Porte jeune.

Voici un montage vidéo de la manifestation mulhousienne :

Deux séquences audio avec des manifestants :

Serge, militant au MNCP (Mouvement national des chômeurs et précaires) et à la Maison de la citoyenneté mondiale:
Un militant gilet jaune

Et une galerie photographique :

Print Friendly, PDF & Email