Cré­dit pho­tos : Mar­tin Wilhelm

Plus d’une cen­taine de per­sonnes s’é­taient ras­sem­blées devant l’Hô­tel de ville, dans le centre-ville d’Ensisheim, same­di 30 novembre, afin de par­ti­ci­per à la jour­née de mobi­li­sa­tion natio­nale contre l’implantation de nou­veaux entre­pôts Amazon. 

La ban­de­role noire « Ama­zon vam­pire fis­cal » était à nou­veau de sor­tie, après l’a­voir été devant la pré­fec­ture de Col­mar, au cours d’une pré­cé­dente mani­fes­ta­tion.

Une autre arbo­rait le leit­mo­tiv natio­nal des ras­sem­ble­ments : « Pas de méga entre­pôt, ni ici, ni ailleurs ». 

De la même manière, c’est toute la logique indus­trielle consti­tuée par les chaines logis­tiques à flux ten­du qui se trou­vait au banc des accu­sés, au tra­vers du mes­sage : « Stop Ama­zon et son monde ».

Diverses asso­cia­tions et col­lec­tifs se trou­vaient à l’o­ri­gine du ras­sem­ble­ment, dont le Chau­dron des alter­na­tives, Rucs­sa (Réseau urgences cli­ma­tique et sociale Sud Alsace), Attac68, le MAN (Mou­ve­ment pour une alter­na­tive non-vio­lente), le col­lec­tif Cli­mat 3 fron­tières et Alsace Nature. 

Le cor­tège aura tra­ver­sé le centre-ville pour se diri­ger vers l’hôtel de ville, et s’ins­tal­ler sur le par­vis de l’église. 

L’occasion pour les dif­fé­rents porte-paroles des struc­tures asso­cia­tives de réité­rer leur ferme oppo­si­tion aux pro­jets d’entrepôts logis­tiques géants, notam­ment celui por­té par Euro­via-16 à Ensi­sheim, dont on ne sait connait tou­jours pas l’i­den­ti­té de l’exploitant. 

Et pour Michel Habig (maire de la com­mune, par­mi de mul­tiples fonc­tions offi­cielles), d’a­voir les oreilles qui sifflent à l’é­vo­ca­tion de ses méfaits divers et variés. 

Ont été rap­pe­lés les argu­ments éco­lo­giques et éco­no­miques à la source de la contes­ta­tion, par­mi les­quels l’impact de ces entre­pôts sur l’environnement, et le gri­gno­tages des terres arables, les pertes d’emplois dans le com­merces de proxi­mi­té, et le manque à gagner fis­cal pour l’État, du fait des opti­mi­sa­tions fis­cales dont les GAFAM sont cou­tu­miers.

Mer­ci de sou­te­nir notre média, et notam­ment le nou­veau pro­jet de ver­sion papier en pré­pa­ra­tion. Ren­dez-vous ici, ou ici.