Cette ressource est accessible gratuitement pour une période de temps limitée. Pour nous permettre de continuer à vous proposer articles, documentaires, vidéos et podcasts, abonnez-vous à partir de 3 euros seulement !

Mar­di der­nier, devant le Par­le­ment euro­péen de Stras­bourg, la confé­dé­ra­tion pay­sanne, les fau­cheurs d’OGM et des groupes éco­lo­gistes se ras­sem­blaient contre un pro­jet de règle­ment auto­ri­sant une forme par­ti­cu­lière d’OGM.

Le Par­le­ment débat­tait en effet d’un assou­plis­se­ment de la régle­men­ta­tion entou­rant les « NGT », ces nou­veaux orga­nismes géné­ti­que­ment modi­fiés qui per­met­traient, selon leurs par­ti­sans, de ren­for­cer l’a­gri­cul­ture euro­péenne et de lut­ter contre le chan­ge­ment cli­ma­tique. Leurs détrac­teurs font valoir que les risques qu’ils repré­sentent pour la san­té et l’environnement sont mal évalués.

Le règle­ment a tou­te­fois été approu­vé, par 307 voix pour (236 contre, et 41 abstentions).

Sou­te­nu par la droite, contes­té par la gauche et les éco­lo­gistes, il intro­duit un assou­plis­se­ment dans l’u­sage de ces végé­taux issus de bio­tech­no­lo­gies géno­miques. Il exempte une par­tie des varié­tés issues des «nou­velles tech­niques géno­miques» des règles enca­drant les orga­nismes géné­ti­que­ment modi­fiés (OGM).

Déve­lop­pés au début des années 2001, les pre­miers orga­nismes géné­ti­que­ment modi­fiés (OGM) impli­quaient de modi­fier les carac­té­ris­tiques d’un végé­tal en lui trans­fé­rant en labo­ra­toire les gènes d’une autre espèce – une trans­gé­nèse, dans le lan­gage scientifique. 

Un pro­cé­dé qui a tou­jours sus­ci­té de vives inquié­tudes, aus­si bien sur les consé­quences éthiques que sur l’im­pact sur la san­té des consom­ma­teurs et la bio­di­ver­si­té. À quelques excep­tions près, leur uti­li­sa­tion et leur com­mer­cia­li­sa­tion sont inter­dites dans l’UE.

Jean-Jacques Grei­ner s’est ren­du à Stras­bourg mar­di der­nier, et a pu échan­ger avec un conseiller régio­nal, ain­si qu’un mili­tant anti-OGM :

Il a par ailleurs enre­gis­tré les inter­ven­tions de quelques dépu­tés européens :